Victime de fraude

CHRONIQUE / Si vous n'avez pas reçu un courriel frauduleux au cours des derniers jours ou des dernières semaines, à votre place, je courrais m'acheter un billet de loterie au dépanneur du coin.
J'en ai reçu un. Je n'ai pas cliqué sur le lien et j'ai averti fièrement l'entreprise contrefaite. Mais malgré mon état de veille légendaire, les fraudeurs ont réussi à voler TOUTES mes informations. Par chance, mon virement de 3 $ à mon groupe de loto venait de passer, alors j'ai aussi mes chances !
La semaine dernière, mes cartes de débit et de crédit ont été désactivées, grâce à la vigilance du département de prévention de la fraude de Desjardins. J'ai désormais un code secret avec Desjardins. J'ai également dû appeler Equifax et TransUnion pour mettre une alerte sur de potentielles démarches de financement avec mes informations. Et j'ai déboursé un petit montant pour protéger mon numéro d'assurance sociale (NAS)... avec la carte de crédit de mon père, car je n'avais aucun moyen de payer quoi que ce soit !
Les fraudeurs possèdent mon NAS, de même que mes numéros de compte, mon adresse, mon numéro de téléphone, le nom de ma mère, sa date de naissance, la mienne, etc. Si Desjardins n'avait pas été à l'affût, les fraudeurs auraient pu s'amuser encore davantage, eux qui avaient fait pour près de 10 000 $ d'achats avec ma carte de crédit, notamment chez Microsoft... et au cinéma !
Selon le relevé de ma carte de crédit, après leurs emplettes - maintenant retirées de ladite carte -, les fraudeurs ont acheté deux billets de cinéma, ce que je trouve assez cocasse. Un petit repos mérité après un bon (mauvais) coup !
Revenons dans le temps. Lundi dernier, un employé de Desjardins m'appelle. Je lui certifie qu'il ne s'agit pas de cadeaux de Noël achetés pour mes proches. Il m'informe que je vais recevoir une nouvelle carte de crédit d'ici la fin de la semaine. Pas si pire que ça... 
... il ne faut jamais parler trop vite ! Il me rappelle quelques minutes plus tard. « Quelqu'un vient d'appeler pour sortir l'argent de ton compte débit. Il avait toutes tes informations, dont ton NAS », me dit-il d'un ton grave. À la poubelle la carte de débit aussi ! Et c'est parti pour les nombreux téléphones pour protéger ma fiche de crédit.
Par chance, mes remboursements de prêts et mes paiements automatisés sont concentrés en fin de mois. Seul mon abonnement à Netflix et celui à XBOX Live ont été annulés, car les frais n'ont pu être facturés à mon compte. Par chance, aussi, j'avais des proches pour me soutenir financièrement quelques jours !
Je vous raconte tout cela pour une raison : vous sensibilisez à la multiplication de ces arnaques. Plusieurs collègues m'ont rapporté avoir reçu des courriels - de PayPal, iTunes et Desjardins, notamment - semblables à celui que j'ai reçu et que je suspecte être à l'origine de cette mésaventure. Ça peut aussi venir d'un achat en ligne ou d'une autre source insoupçonnée, qui sait ! Après tout, avec les moyens technologiques, les fraudeurs ont de quoi laisser aller leur ruse !
Une autre employée de Desjardins m'a dit qu'elle « traitait des cas du genre tous les jours » et que c'était « vraiment commun ». Je lui ai demandé si je pouvais écouter l'appel du malfaiteur. Elle m'a répondu que je devais avoir un mandat d'écoute obtenu par des démarches policières et judiciaires. Je m'y suis résigné.
Pour en apprendre davantage sur le stratagème de mes fraudeurs, je devrai donc attendre que l'investigateur au dossier me contacte, ce qui est normalement fait dans un délai de cinq à dix jours ouvrables après le signalement. 
J'aurai donc peut-être l'occasion de vous en reparler. Mais d'ici là, soyez prudents, car les fraudeurs sont plus ferrés que je le pensais !