Robert Patrick Girard aime l'orgue Casavant de la cathédrale de Chicoutimi. Il y a enregistré l'un de ses disques et revient donner des concerts à l'occasion, comme en témoigne cette photographie captée en 2009.

Une critique 13 ans plus tard!

Le monde de l'orgue obéit à d'autres lois que celle de l'instantanéité. C'est ainsi qu'un album enregistré à la cathédrale de Chicoutimi en 2001, par le musicien Robert Patrick Girard, vient d'obtenir une notoriété imprévue. Il a fait l'objet d'une critique dans la revue The American Organist, qui en a profité pour aborder deux autres enregistrements réalisés dans les années subséquentes.
«C'est un cadeau du ciel. Il s'agit d'une publication mensuelle reliée à la Guilde des organistes, qui couvre l'ensemble des États-Unis. Le fait qu'on ait parlé de mes disques va peut-être m'aider à trouver un distributeur là-bas», a souligné Robert Patrick Girard mercredi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au journal.
L'album mis en boîte à la cathédrale a pour titre Orguément vôtre/Highlights. C'est le musicien lui-même qui l'avait acheminé à la rédaction du magazine en ajoutant Mozart... Permettez-vous... If You Please, qui met à contribution son frère Claude, lui aussi organiste. Un troisième encodé réalisé avec différents interprètes, L'orgue 1753 - Victoire sur le temps, complétait cet envoi.
Le critique James Hildreth a beaucoup apprécié le jeu des deux frères sur l'album Mozart, vantant leur grâce et l'uniformité de leur jeu à quatre mains. Il a également relevé l'intérêt historique de Victoire sur le temps, qui explore un répertoire méconnu avec une maîtrise impressionnante.
Orguément vôtre, qui regroupe des airs avec lesquels les amateurs sont familiers, a inspiré d'autres commentaires positifs. Le journaliste a évoqué le panache des interprétations, tout en faisant valoir les qualités du Casavant de la cathédrale. «Il possède toutes les ressources nécessaires pour répondre aux exigences du programme défendu par le musicien», a-t-il écrit dans le numéro de janvier.
«Un instrument remarquable»
Lorsqu'il songe à Orguément vôtre, Robert Patrick Girard ne pense pas uniquement aux compositeurs à qui il avait adressé un coup de chapeau, un groupe qui comprend Widor, Bach, Gounod, Saint-Saëns et Guilmant. Les conditions qui régnaient à la cathédrale lui reviennent aussi en mémoire.
«L'enregistrement avait été effectué lors de deux sessions, dont une qui avait couvert toute la soirée, ainsi qu'une partie de la nuit. À un moment donné, la fournaise avait décollé parce qu'il faisait froid et j'avais dû cesser de jouer. On avait appelé le sacristain d'urgence pour régler le problème», rapporte le musicien.
L'idée de reprendre des compositions aimées du public était venue de son père, lui-même organiste. Quant au projet d'album, il avait vu le jour à l'initiative de Jacques Boucher, qui souhaitait produire un disque dans chacune des cathédrales du Québec. Puisque Robert Patrick Girard enseignait l'orgue au Conservatoire de musique de Chicoutimi, c'est lui qui avait été sélectionné.
«J'avais donné plusieurs récitals sur le Casavant de la cathédrale, qui venait d'être restauré. Il s'agit d'un instrument remarquable, qui compte plus de 60 jeux et possède une facture romantique, mentionne l'organiste. Au cours des séances, j'avais demandé au technicien de placer les micros au-dessus des bancs pour que l'auditeur vive la même expérience que les spectateurs.»
On le sent fier de ses interprétations, notamment celles de la Toccata de Widor et de la Marche pontificale, une oeuvre de Gounod que le musicien ne connaissait pas. C'est l'ancien curé de la cathédrale, le regretté Raymond Tremblay, qui lui a fait découvrir cette composition. «J'ai ensuite appris que c'était l'hymne du Vatican», révèle le musicien.
L'album s'est bien vendu, puisque la plupart des 1000 exemplaires ont trouvé preneurs. Ceux qui désirent se le procurer peuvent encore le faire en contactant le magasin Sillons, établi sur la rue Cartier, à Québec. Il suffit de téléphoner au numéro 418-524-8352 ou de se diriger à l'adresse info@sillons.com.