Pour la toute première fois, Philippe Laprise montait sur scène dans sa ville natale tout en étant rémunéré.

Une authenticité à tout casser

À savoir si Philippe Laprise est plus sexy que jamais, l'énigme subsiste toujours. Or, une chose est sûre, à la lumière de son spectacle de rodage qu'il a présenté, l'humoriste est plus drôle que jamais.
Il faisait bon de voir le Café-Théâtre Côté-Cour rempli à pleine capacité hier soir. Jeunes et moins jeunes s'étaient donné rendez-vous afin d'assister au passage de l'humoriste Philippe Laprise qui venait roder son tout nouveau one-man-show, Plus sexy que jamais.
À l'image d'un Michel Barrette qui revient dans son coin de pays, Laprise n'a pas caché son excitation à venir se produire dans la ville où il a grandi. Au dire du sympathique colosse, il s'agissait en effet de la toute première fois qu'il montait sur scène dans sa ville natale en étant rémunéré. De ce fait, il en a aussi profité pour y aller de quelques blagues à l'endroit du " monde de Chicoutimi ", blagues qui ont immédiatement créé l'hilarité auprès du public.
Mais outre l'effervescence du moment, disons-le sans retenue, le spectacle que Laprise a testé hier soir était simplement du solide. Véritable bête de scène, Laprise peut aussi compter sur une arme redoutable, un charisme irrésistible. À la différence de bon nombre de ses collègues, l'humoriste est d'une authenticité à tout casser lorsqu'il s'attarde sur le quotidien. Ici, rien n'est forcé.
Parmi les moments qui ont déclenché le plus de fous rires, notons un potentiel numéro d'anthologie lorsque Laprise nous fait part de son expérience inoubliable en camping sauvage. Véritable épopée du banal, ce numéro fidèle à l'humour bon enfant de Laprise se veut à la fois une réflexion sur notre société de consommation, notre rapport avec le confort, notre besoin criant de profiter du moment sans vraiment le consommer, mais surtout, sur les mécanismes subtils de la manipulation. Moyennant quelques ajustements, il y a fort à parier qu'un tel numéro pourrait se retrouver en nomination pour sa qualité d'écriture dans un futur gala des Olivier.
Évidemment, comme le titre l'indique, le thème de la réappropriation de son image est abordé dans Plus sexy que jamais et Laprise se prête à l'exercice avec brio. Son rapport à la malbouffe trouvera certainement écho chez bien des gens tout comme son numéro où il traite de son trouble de déficit d'attention et d'hyperactivité.
Maintenant, le spectacle auquel aura droit le grand public à partir de février 2015 diffèrera certainement de celui auquel ont assisté les gens présents, hier soir, au Côté-Cour, mais on peut déjà prévoir une belle vie à cette deuxième production de Philippe Laprise.o
Jmartel@lequotidien.com