Andréa Tremblay-Legendre participera pour la troisième fois au concert-bénéfice de la Bourse Réal-Lavoie, un événement tenu demain à 20h, au Conservatoire de musique de Saguenay.

Une année stimulante à Vancouver

Fatiguée, mais contente. C'est l'état dans lequel se trouvait Andréa Tremblay-Legendre à la fin de sa première année à Vancouver, où elle poursuit son apprentissage du piano à UBC. Cette aventure amorcée l'automne dernier correspond aux attentes que nourrissait la Saguenéenne, qui souhaite faire carrière en tant qu'interprète.
«J'adore mon professeur, Corey Hamm. Lui-même est un spécialiste du répertoire contemporain, mais il tient à ce qu'on touche à tous les genres musicaux. On profite aussi de ses contacts», fait observer la jeune femme, qui est engagée dans un programme étalé sur deux ans.
Elle fait allusion, entre autres, à ses deux apparitions à l'Orpheum, la principale salle de concerts de la côte Ouest. On lui a permis de jouer dans le hall, qui est aussi grand que bien des salles, avant des programmes proposés par l'Orchestre symphonique de Vancouver.
C'était à la fois impressionnant et stressant, stimulant aussi. À ces apparitions exceptionnelles, il faut ajouter les nombreux concerts donnés à l'université et dans les environs, parfois en solo et parfois en compagnie de chambristes. Il pouvait y en avoir trois dans la même semaine, ce qui représente une charge de travail impressionnante.
«J'ai été très occupée. C'est pour ça que j'étais un peu fatiguée à la fin de la session», confie Andréa Tremblay-Legendre. Les vacances au Saguenay étaient bienvenues, une pause d'un mois avant de retourner à Vancouver, où l'attendent ses élèves. La pianiste est aussi enseignante, en effet, un métier qui lui sourit de plus en plus.
«Aujourd'hui, mon voeu consiste à mener une carrière mixte. Je veux jouer en solo, faire de la musique en groupe et enseigner. Ce sera à moi de saisir les occasions même si, parfois, ça va me rendre nerveuse», indique l'ancienne élève du Conservatoire de musique de Saguenay.