L'artiste Julie Bernier réalisera une performance avec son projet Transparence, lors de la Fête de l'art, samedi soir, au Centre d'artistes Le Lobe de Chicoutimi.

Un premier gros party culturel cette année

Le premier gros party culturel de l'année 2014 aura lieu au Centre d'artistes Le Lobe, samedi soir, dans le cadre de la Fête de l'art, avec la participation du vertigineux groupe Les Abdigradationnistes.
Depuis une dizaine d'années, le centre d'artistes de la rue Bossé, à Chicoutimi, s'impose comme le rendez-vous populaire de la Fête de l'art. «C'est un peu la première rencontre de la nouvelle année pour le milieu culturel. Nous nous faisons un devoir d'organiser un événement le samedi qui voisine la date du 17 janvier, jour officiel de la Fête de l'art», explique Jean-Marc E. Roy, coordonnateur du centre Le Lobe.
Pour ses vingt ans, Le Lobe s'est fait plaisir en invitant les artistes qui ont connu, lors de leur visite en 2007, le plus grand succès des dix dernières années pour ce rendez-vous. «Les Abdi, c'est un collectif de musique, de poésie, de violon, de slam, spoking word, une espèce de melting pot. L'événement de samedi soir est gratuit et ouvert à tout le monde. De plus, en fin de soirée, les Abdigradationnistes se transforment en disc-jockey pour faire lever le party», explique Jean-Marc E. Roy.
La formation Les Abdigradationnistes est composé de Pascal-Angelo Fioramore, auteur et interprète, du violoniste Warner Alexander Roche et de Pascal Desjardins, compositeur et claviériste. Fondé en 1995, lors d'une performance qui devait être sans lendemain, ils ont depuis participé à de nombreux événements en plus de réaliser trois albums. Ils lancent le message suivant sur leur page Facbook: «Chicoutimi! Placez vos cheveux et vos plus beaux habits de compagnie, car les splendides seront de passage pour un récital épique entre les murs du Lobe pour la FÊTE DE L'ART!!»
«Armés de costumes chatoyants et de musique préfabriquée soutenant des textes dada, Les Abdigradationnistes désarticulent la vie», assure Jean-Marc E. Roy, qui promet une soirée forte en rebondissement au Lobe.
Performance de Julie Bernier
Avant de laisser le plancher aux musiciens déjantés, l'artiste Julie Bernier, qui était en résidence depuis le 8 janvier, livrera une performance en procédant au vernissage de l'oeuvre Transparence, qui occupe l'Espace Plate-Forme au Lobe.
Dans ce projet, la transparence prend la forme de matériaux, de doctrine et de métaphore. L'artiste dit s'être inspiré de la polysémie du mot transparence afin d'amorcer une réflexion sur les contraintes et restrictions que peuvent engendrer l'institutionnalisation et la professionnalisation de l'art.
Cette cogitation transparente sur le système, teintée d'humour et d'audace, fera l'objet d'une performance de l'artiste originaire de Kamouraska, qui vit et travaille à Chicoutimi depuis qu'elle a complété son baccalauréat en art à l'UQAC.