Oumar N'Diaye le fondateur du groupe Tribba et ancien membre du célèbre Ballet national de Guinée sera de la soirée d'ouverture du FIRM.

Tribaa pourra se reprendre

C'est sous le soleil africain que s'ouvrira la 12e édition du Festival international des rythmes du monde (FIRM) cette semaine sur la rue Racine à Chicoutimi avec les spectacles du groupe Tribaa et Alpha Blondy.
La soirée débutera avec de la danse et des percussions alors qu'Alpha Blondy et le groupe Solar System pousseront du reggae jusqu'en fin de soirée. Cette soirée d'ouverture au rythme du dépaysement mettra la table pour un menu de 900 artistes et artisans qui déploieront leurs couleurs du 24 juillet au 2 août sur les deux scènes du centre-ville bardé de la dizaine de terrasses des restaurants qui débordent de monde à chaque édition.
Il faut rappeler que c'est ce festival qui a fait naître les terrasses des restaurants au centre-ville de Chicoutimi alors qu'il y avait seulement des espaces de stationnement il y a 12 ans. Ces terrasses qui se résumaient à quelques tables extérieures au début de l'événement s'élèvent maintenant sur deux étages et permettent à de nombreux convives de profiter de l'ambiance, assis à une bonne table.
«L'an passé, il y a eu une panne d'électricité pendant la prestation du groupe de danse et de percussions africaines Tribaa. Les promoteurs du festival les ont conviés de nouveau en leur promettant du courant durant tout leur numéro d'ouverture», raconte Marie-Kim Bouchard, coordonnatrice aux opérations du FIRM.
Après ce spectacle coloré de danse africaine, les spectateurs pourront apprécier Alpha Blondy, de la Côte d'Ivoire, l'emblème du reggae (la star internationale la plus populaire du reggae depuis la mort de Bob Marley selon les critiques du milieu), une figure active depuis plus de 30 ans avec 20 millions d'albums vendus.
«Il s'agit du gros nom du festival. Nous sommes vraiment contents de le présenter à la population. C'est d'ailleurs son gérant qui nous a contactés pour nous dire que l'artiste était prêt à réduire son cachet pour aider le festival dans cette édition de restriction budgétaire», explique Marie-Kim Bouchard visiblement emballée par la programmation de la soirée d'ouverture sur la scène Loto-Québec.
Pendant ce temps, à l'autre bout de la rue Racine, sur la scène Desjardins, l'artiste innu, Nimuk Kanapé de Betsiamites, proposera ses compositions dans un style folk avec sa voix du nord.