Norberlo vient d'arriver à Normandin. Au cours d'une entrevue avec Le Quotidien, il a souligné l'importance qu'a eue soeur Huguette dans son intégration.

Soeur Huguette aux bons soins des Mexicains

L'intégration des travailleurs mexicains dans le secteur de Normandin est facilitée par le travail inestimable d'une religieuse, soeur Huguette Gagné.
Depuis six ans, cette religieuse de la congrégation des soeurs du Bon-Conseil ne compte plus les heures pour accompagner ces Mexicains qui travaillent pour Nutrableu et des fermes d'Albanel et Girardville. Démarches administratives, transactions à la Caisse populaire, achat de vêtements. Elle les soigne aux petits oignons.
Il faut constater l'accueil qu'elle reçoit des hommes quand elle arrive à leur résidence de Normandin pour sentir toute l'affection qu'ils portent envers elle. Les questions fusent de toute part en espagnol.
Lundi, certains cherchaient une carte d'identité avec le bon numéro pour remplir un formulaire. D'autres voulaient s'assurer que l'argent envoyé à leur famille s'était bien rendu à bon port.
« Je suis arrivé depuis une semaine et elle a facilité mon arrivée. Ce qu'elle a fait pour moi est très important. Je me sens bien et très bien accueilli, ici », a mentionné Norberlo, souriant.
Comme soeur Huguette a été missionnaire pendant 40 ans au Chili, la barrière de la langue n'existe pas. « Je sers beaucoup d'interprète. Aussi comme certains n'ont pas une grande scolarité, je les aide dans le remplissage de différents formulaires. Il y a beaucoup de choses à s'occuper. J'adore ça », raconte-t-elle.
Son travail est très apprécié des Mexicains, mais aussi de la part de la communauté de Normandin et des employeurs. Elle est épaulée par une autre religieuse, une étudiante qui est rémunérée et de bénévoles.
Son rôle a permis d'aider plusieurs travailleurs qui reviennent année après année. C'est le cas de Parmeno, qui a le nom de l'entreprise Nutrableu tatoué sur le coeur. « J'adore faire la récolte de bleuets. C'est très agréable. Je tiens à revenir ici, car c'est comme ma deuxième maison. J'apprécie beaucoup ce que les gens font pour nous faciliter la vie pendant notre séjour, surtout le travail de soeur Huguette », a témoigné ce père de trois enfants vivant à Guadalajara.
Parmeno commence donc son séjour de travail au Québec à Normandin pour ensuite le continuer soit dans la culture maraîchère ou la cueillette de pommes ailleurs en province jusqu'à la fin novembre.
Actuellement, soeur Huguette s'occupe de 48 Mexicains à Normandin, cinq à Girardville et deux à Albanel. D'autres travailleurs étaient attendus cette semaine pour le début de la récolte de bleuets qui est prévu samedi chez Nutrableu.
Le gros du travail se fait justement à l'arrivée des travailleurs. Une photo est prise et ajoutée au tableau des travailleurs de l'année afin de bien les identifier. Ensuite, les différentes démarches pour s'assurer que tout est conforme au niveau des permis de travail sont réalisées.
Des procédures ont été mises en place avec la Caisse populaire de Normandin afin que les travailleurs et les caissières puissent réussir à communiquer et réaliser correctement les transactions.
Une écoute active
Soeur Huguette peut faire quelques fois de l'écoute plus active auprès de ces hommes chaleureux. « Certains s'ennuient de leur famille, je les réconforte. J'en ai eu un qui avait perdu un enfant et il avait besoin d'en parler. Ce sont des gens attachants qui travaillent fort pour améliorer le sort de leur famille. En travaillant quelques mois ici, ils font plus d'argent que dans une année au Mexique », mentionne-t-elle.
La religieuse souligne que plusieurs font des achats avant de partir. Ils peuvent acheter des ordinateurs ou des outils pour la menuiserie qu'ils ont à faire. « C'est moins cher qu'au Mexique. Il y a un homme qui s'est acheté un terrain pour se bâtir une nouvelle maison. Un autre m'a montré qu'il avait surélevé sa maison avec l'argent qu'il a fait. Le travail ici leur permet d'avoir une meilleure vie dans leur pays », assure-t-elle.