Les Serres Toundra

Serres Toundra: les dirigeants d'Unifor rejettent les critiques

Les dirigeants du syndicat Unifor ont tenu à remettre les pendules à l'heure, dans le dossier des Serres Toundra. Ils jugent certains reportages et commentaires diffusés dans les médias comme étant inexacts.
«Nous sommes un syndicat responsable. Nous nous préoccupons non seulement des conditions de travail de nos membres, mais tout autant du maintien des emplois et de la vitalité économique des régions», a d'abord fait valoir Renaud Gagné, directeur québécois d'Unifor, dans un communiqué émis jeudi. Ce dernier a rappelé qu'Unifor fait partie des syndicats affiliés à la FTQ qui ont développé le Fonds de solidarité FTQ, «l'un des meilleurs outils au Québec pour la sauvegarde des emplois. Grâce à cette institution, pas moins de 187 000 emplois ont été maintenus et sauvés depuis sa fondation, ce n'est pas rien», a poursuivi le dirigeant syndical.
«Notre syndicat existe depuis des décennies et a maintes fois démontré son intégrité. Notre objectif est simple: s'assurer que les droits des travailleuses et des travailleurs soient respectés, ce sont des droits fondamentaux reconnus par nos chartes. Maintenant, ceci étant dit, nous avons aussi toujours eu à coeur la sauvegarde des emplois dans nos régions et dans les industries où l'on compte des membres.»
Le porte-parole syndical a rappelé les concessions faites par le passé par des membres d'Unifor pour contribuer à la survie de Produits forestiers Résolu, anciennement AbitibiBowater, qui a failli périr alors que la compagnie était sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). «Ce sont les sacrifices des travailleurs membres d'Unifor qui ont accepté de baisser leurs conditions de travail, qui ont sauvé l'entreprise. Si ce n'avait été de cette décision du syndicat et de ses membres, ce sont des milliers d'emplois qui auraient été perdus et des rentes de retraite de milliers de retraités amputés de 30% et plus. On n'a pas de leçon à recevoir de personne en la matière et on va contester toutes les tentatives de salissage de nos représentants. On peut compter sur Unifor, on n'est pas du genre à se défiler», a conclu le directeur québécois d'Unifor.