Sens et cohérence

L'éthique se fait charrier sur la place publique car certains individus en parlent à tort et à travers. C'est parfois le sort réservé aux bonnes intentions récupérées par la politique. Il ne faut pas remettre en cause pour autant la pertinence et l'utilité d'une approche éthique qui offre beaucoup plus que le contenu du ronflant discours public. Elle peut, par exemple, être un outil pour poser un regard différent sur un projet de développement. Pouvons-nous imaginer une approche éthique du développement d'un territoire? Prenons le cas du projet d'Arianne Phosphate qui souhaite exploiter une mine au lac à Paul, au nord du Saguenay.
Processus
L'éthique dont je parle est un processus de réflexion et d'action visant à donner un sens tout en recherchant ce qui est bien ou le mieux. Plusieurs d'entre nous font des réflexions éthiques tous les jours, parfois inconsciemment. Donner un sens au développement d'un territoire est un exercice hautement exigeant, sinon périlleux, parce qu'il s'agit d'une éthique collective. Nous connaissons les chocs de valeurs générés par la multiplicité des intérêts des citoyens, groupes, entreprises et élus.
Le projet du lac à Paul est d'autant plus complexe que l'intérêt supérieur, ou le bien visé, dépasse le cadre des limites administratives. Je m'explique. Comme je l'ai déjà souligné dans une autre chronique, le fjord est une entité géographique bien définie qui ne cadre avec aucune limite territoriale alors que les actions d'une multitude d'intervenants ont des effets sur lui. Le cadre de réflexion du projet minier comprenant le transport et la construction d'un port à Saint-Fulgence déborde largement des habitants de l'Anse-à-Pelletier, de Saint-Fulgence, des municipalités de la rive nord et même de la région. Cela ne fait aucun doute. Alors, par où commencer ?
Il serait génial de se référer à un code d'éthique du développement du fjord du Saguenay et de son territoire. Il n'existe pas. Pas encore. Partageons-nous des valeurs collectives pouvant servir de points de départ à une réflexion ? Oui, plusieurs : respect de l'environnement, protection et conservation. Elles sont au coeur de la mission et du cadre de travail de plusieurs organisations importantes. D'abord les trois parcs : Parc national du Fjord-du-Saguenay, Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et Parc national des Monts-Valin.
Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a un créneau d'excellence en tourisme d'aventure et écotourisme (tourisme vert basé sur le respect de l'environnement et le développement durable) dans lequel le fjord et les monts Valin sont des pôles de destination. Ce créneau inspire la stratégie touristique régionale et celle de plusieurs organisations et entreprises.
Ensuite, la MRC du Fjord a une vision stratégique de développement basée sur la qualité de vie et la nature. Saint-Fulgence et Sainte-Rose-du-Nord sont des pôles de découverte du Parc marin et font partie de la Vallée de la biodiversité. Un comité travaille à la reconnaissance du fjord par l'Unesco comme patrimoine mondial. Cette liste n'est pas exhaustive. Toutefois, elle montre qu'il y a bel et bien des valeurs claires qui orientent depuis plusieurs années un type de développement du fjord du Saguenay et de ses territoires.
Valeurs
Collectivement, nous investissons beaucoup d'argent pour développer des activités qui s'en inspirent et qui donnent un sens au développement. Cela me semble un bon début.
L'éthique est une source de cohérence uniquement si elle est partagée et appliquée dans les décisions et actions. Est-ce que les valeurs portées notamment par les parcs ont un sens pour les autres organisations? Pour la population? Sont-elles utilisées telle une forme superficielle de mark"ethique" territorial?
L'éthique est un processus exigeant parce qu'il implique obligatoirement une relation avec les autres : pouvons-nous faire mieux ensemble? Comment y arriver? Quelles sont nos valeurs communes? Quels sont les engagements réels de chacun? Les valeurs portées par le projet d'Arianne Phosphate sont-elles en contradiction avec ce qui est commun? Il est faux de penser que toutes les valeurs sont égales. Il faut choisir. Et choisir, c'est exclure. Je doute que le mode de fonctionnement actuel et les structures en place permettent une réflexion éthique sur l'avenir d'un territoire comme le fjord du Saguenay. En ce début d'année, et sans hallucinogène, je me permets de rêver à la possibilité d'une réflexion commune qui donnerait du sens et de la cohérence à nos décisions collectives.
Parce que j'y crois et que, peut-être, vous aussi.