Si un scrutin avait eu eu lieu entre le 10 et le 15 décembre, le PLQ de Philippe Couillard aurait remporté 35 % des suffrages.

Se fier sur le PM!

M. Philippe Couillard,
Député de Roberval, ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, premier ministre du Québec,
Je vous écris sur cette tribune en espérant que vous lirez votre journal régional et répondrez à mes attentes. En tant que retraité de la compagnie Résolu, je suis très inquiet de la situation qui sévit présentement dans l'industrie forestière du Québec et plus particulièrement pour cette compagnie. Si cette dernière devait déclarer faillite, ce serait catastrophique pour les retraités de cette compagnie qui perdrait près de 30% de leur revenu. De plus, des centaines de travailleurs perdraient leur emploi. Ceux des usines, ceux de la construction, ceux des commerces, ceux des services publics et bien d'autres.
J'ai bien peur que d'autres clients de PFR suivent l'exemple de Best Buy... La perte des certifications FSC n'est pas imputable à Résolu. C'est le gouvernement du Québec qui en est responsable. La communauté Cri de Waswanipi n'autorise pas la coupe de bois sur son territoire pourtant c'est le gouvernement qui a autorisé la coupe dans ce secteur. L'autre raison, c'est le report par votre gouvernement de la mise en application du plan de rétablissement du caribou forestier.
Sur qui pouvons-nous compter pour nous aider à régler ces litiges? Pas sur M. Garneau, président et chef de direction de Résolu: son rôle est de faire fructifier l'argent des actionnaires. Si des usines dans une région donnée perdent leurs clients ou ne sont pas rentables, il les fermera. Pas aux maires de notre région: ils sont trop occupés en ce moment à maintenir les structures de concertation, ce qui leur permet très souvent d'avoir un poste de maire à plein temps. Pas aux députés péquistes de la région: ils sont trop occupés à critiquer les décisions de votre gouvernement. Pas aux organisations syndicales: il est politiquement très difficile pour eux d'appuyer une compagnie au détriment de groupes environnementaux à qui ils donnent souvent leur appui. Surtout pas aux groupes environnementaux (Greenpeace en particulier): si ceux-ci avaient à choisir de laisser vivre, un oiseau, un poisson, un caribou ou moi-même, je serais très inquiet. C'est donc à vous d'intervenir et c'est urgent. Pourrais-je me fier à vous? C'est à vous de me donner la réponse.
Bertrand Harvey
Alma