Sébastien Bouchard consacre pas moins de 25 heures de travail pour chaque critique satirique. Sur la photo, il travaille au montage sur son ordinateur.

S'amuser des perles du 7e art

La passion de Sébastien Bouchard de Chicoutimi est de débusquer les perles, les imperfections, les improbabilités et les situations ridicules dans les films et de les offrir en pâture au public dans des capsules webtélé. Son matériel est disponible sur YouTube sous forme de chroniques humoristiques sur le site Fun-regarder-films.
Les amateurs de cinéma qui ont vu et revu leurs grands classiques préférés du cinéma apprécieront, ou détesteront c'est selon, découvrir les travers et les erreurs d'interprétation servies à la sauce éditoriale parfois inconvenante de Sébastien Bouchard.
Le Chicoutimien qui a fait ses études au baccalauréat en art multidisciplinaire de l'UQAC a réalisé 30 épisodes à caractère satirique et sarcastique au cours des deux dernières années. Dans le décor de son salon, assis sur son divan, Sébastien Bouchard maltraite les scènes de films populaires comme Hacker, Prédateur, Mortal Kombat, Le Cinquième élément, Le Roi lion, Chasseurs de fantômes ou Top Gun.
Le «débusqueur de malaise» nous force à constater les faibles dialogues et les commentaires «pas de rapport» qui sont utilisés dans les films, parfois en raison des traductions, mais souvent à cause de la faiblesse des personnages et de leur dialogue. Ça nous fait sourire, car on ne se donne pas toujours la peine de s'arrêter sur ces détails insignifiants quand on se laisse emporter par l'histoire.
Parfois de manière un peu cavalière, mais toujours avec humilité, le «décortiqueur de mauvaises répliques» a l'oeil et se donne la peine d'éplucher son sujet. «Je consacre environ 25 heures de travail pour chaque film que je regarde au moins deux fois avec un calepin de notes. Vient ensuite un travail de recherche pour documenter les personnages et les acteurs et ensuite un travail de montage pour présenter des extraits vidéo», explique l'amateur de cinéma âgé de 31 ans.
Occupant un emploi à temps complet dans le domaine de l'informatique, Sébastien Girard réalise ses projets de webtélé dans ses temps libres. «Pour moi c'est une véritable passion comme un peintre qui travaille sur ses toiles à temps perdu ou un musicien qui fait des spectacles les fins de semaine. Je me suis inspiré du concept Fun-Jouer-Jeux (www.funjouerjeux.ca) ou Horreur-Gamer (www.horreur-gamer.com), pour faire cette série de critiques cinématographiques absurdes», explique-t-il.
L'animateur de webtélé constate qu'il y a un public pour ce genre de création et qu'environ 300 abonnés suivent ses clips régulièrement dont quelques fidèles qui ne manquent pas une occasion de les critiquer ou de les commenter. «On a qu'à penser à des phénomènes comme Chest-bras pour voir l'intérêt du public pour les webtélés humoristiques. Il est juste dommage de constater que la plupart de ces phénomènes viennent des grandes régions et que ceux produits en région tombent souvent dans l'oubli», dénote le critique que vous pourrez découvrir sur le web.