En février 2016, l'essence se vendait 92,4 sous le litre. Le prix a bien monté depuis...

Prix de l'essence: plus de profits aux détaillants d'ici

C'est au Saguenay-Lac-Saint-Jean que les détaillants d'essence se sont gardé la plus grosse marge au détail au Québec en 2016.
C'est ce que révèle une analyse du prix de l'essence de CAA-Québec pour l'année 2016.
Ainsi, les détaillants d'essence de la région ont bénéficié de 8,2 sous par litre l'an dernier. À titre de comparaison, cette marge était de 2,6 sous dans la région de Québec.
« L'électrochoc infligé au marché de la Capitale-Nationale avec l'arrivée, depuis 2013, d'essenceries à fort volume, continue de se faire sentir et les automobilistes en sortent gagnants. Après plusieurs années à payer un prix relativement élevé, Québec bat maintenant des records en raison du marché ultracompétitif », a fait part un communiqué de CAA-Québec envoyé mercredi aux médias.
Rappelons que les détaillants d'essence du Saguenay-Lac-Saint-Jean bénéficient d'une réduction de taxes de 4,65 sous par litre pour compenser l'éloignement.
En moyenne, les Québécois ont payé 7 % de moins pour faire le plein, toujours par rapport à 2015.
Des hausses le vendredi
Selon une partie de l'analyse de CAA-Québec faite dans la région de Montréal, les hausses de prix survenues le vendredi ne sont pas toujours justifiables. Sur les 11 hausses observées en 2016, trois ne peuvent pas se justifier par les faibles marges des jours précédents et le CAA-Québec n'a trouvé aucune explication logique dans les mouvements des indicateurs pétroliers. « Alors, qu'est-ce qui justifie ces trois hausses, alors que les marges sont déjà bonnes ? Peut-être que l'industrie pourrait répondre à cette question-là aussi », suggère la vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec, Sophie Gagnon.