Le site poste de traite offre des points de vue différents sur la rivière Chicoutimi. C'est à cet endroit que sera construite la passerelle piétonnière pour relier les deux rives de la rivière.

Poste de traite: une visite sur téléphone

Le Poste de traite de Chicoutimi renaît grâce à une application mobile qui peut être téléchargée sur les tablettes électroniques et les téléphones intelligents. Depuis deux semaines les visiteurs qui empruntent les sentiers pédestres aménagés au confluent des rivières Chicoutimi et Saguenay peuvent se laisser transporter dans l'histoire de ce lieu dont l'occupation remonte à plus de 5500 ans.
Le Progrès-Dimanche a visité les aménagements du lieu de naissance de Chicoutimi en compagnie du directeur de La Pulperie, Jacques Fortin, du directeur adjoint, Rémi Lavoie, et de l'archéologue Jennifer Gagné cette semaine pour découvrir le site et son histoire avec la magie de l'informatique.
«Depuis 2008 qu'on discute avec les élus de Saguenay pour déterminer la façon de mettre en valeur cet endroit unique. Il y a eu plusieurs propositions sur la table, mais il fallait trouver un consensus et ne pas altérer le site original avec des travaux majeurs», rappelle Jacques Fortin qui avait abandonné l'idée de reconstituer la chapelle et autres bâtiments du site.
«Il y a dix ans, les applications pour tablettes et téléphones intelligents n'existaient pas. Maintenant, grâce à ces technologies, nous pouvons voir des images de la chapelle, de la maison du commis, du paysage de l'époque et des fouilles archéologiques», explique Rémi Lavoie.
Présentement, l'application comporte huit points d'intérêt que les utilisateurs peuvent consulter en parcourant le site. Il y aura des bornes précises à certains endroits où les visiteurs placeront leurs pieds pour découvrir ce qu'il avait en face d'eux à certaines époques», fait valoir le directeur adjoint.
L'application peut être téléchargée gratuitement sur les sites de téléchargements Apple (seulement compatible avec iOS 8.0 et plus) ou Google. Les huit stations d'information contiennent des textes d'information et des photos historiques qui seront mises à jour régulièrement. «Le but est d'ajouter le plus possible d'informations en fonction des découvertes archéologiques qui se feront et de l'évolution du site qui connaîtra des travaux d'aménagements chaque année», détaille Rémi Lavoie.
Voir autre texte dans la version papier et électronique du Progrès-Dimanche