Rébecca Girard et Kaysee Gaudreault, du journal étudiant Le Gravillon, trouvent que l'accès à l'information est si facile qu'on en oublie parfois notre jugement.

Plus d'informations, moins de réflexion

Cette année, Rébecca Girard et Kaysee Gaudreault se sont rapprochées du monde des médias grâce à l'option français-journalisme offerte à leur école secondaire Charles-Gravel de Chicoutimi-Nord. Les filles de quatrième secondaire se rendent bien compte que l'accès à l'information prend des proportions parfois démesurées.
«Avec la télévision, les journaux, la radio et les réseaux sociaux, nous nous écroulons sous ce flux continu d'actualité et de nouvelles de tous genres», soulignent Rébecca et Kaysee qui se demandent bien si toutes ces plateformes sont fiables. En discutant avec leur enseignant, Frank Lavoie, leur esprit critique s'est peaufiné et c'est via le journal étudiant Le Gravillon que les deux élèves ont décidé de faire une mise en garde aux jeunes.
Contrairement à bien des pays, elles se trouvent chanceuses d'avoir aussi facilement accès à l'actualité, mais elles constatent que cette surexposition semble empêcher certains de se forger leur propre opinion. «À force de se fier aux sources qui nous sont présentées, notre esprit critique est grandement laissé de côté. Nous nous questionnons peu le point de vue des chroniqueurs et prenons la plupart du temps leur avis comme une vérité», poursuivent-elles. Les deux jeunes journalistes suggèrent à leurs lecteurs de mieux se renseigner et de vérifier leurs sources avant de prendre position et de défendre une pensée qui n'est peut-être pas la leur.
«De plus, chaque plateforme informatique (télévision, journaux, radio) est dirigée par un groupe de personnes qui peut axer les informations à son avantage. Ces responsables pourraient omettre des détails importants sur une nouvelle ou un événement, ou inversement, mettre l'évidence sur d'autres qui les avantagent», soulignent les jeunes journalistes.
Selon elles, les gens bien informés auront toujours une longueur d'avance sur les autres. «Au bout du compte, il faut savoir qu'il est essentiel de développer son esprit critique et que ce n'est pas en consultant une seule source d'information que ce sera possible», concluent Kaysee et Rébecca.