Le message envoyé par le plan d'aide aux communautés du Québec et des provinces forestières canadiennes est tout aussi important pour Résolu.

Plan d'aide d'Ottawa: un message clair, selon Résolu

Produits forestiers Résolu accueille favorablement le programme annoncé par le gouvernement canadien. Selon l'entreprise, il arrive à point nommé pour soutenir l'industrie qui devra assumer une surtaxe sur ses exportations de bois d'oeuvre.
Le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, considère qu'il faut analyser la décision du gouvernement fédéral sur deux volets. Il y a celui du support financier accordé aux entreprises pour les aider sur le plan commercial, mais aussi le message que cette décision envoie aux Américains et qui sera central dans la suite des choses.
« Ça représente un message important pour les Américains. Ça démontre que le gouvernement canadien n'accepte pas que son partenaire commercial utilise des règles pour asphyxier son industrie comme c'est le cas dans la crise du bois d'oeuvre », insiste le porte-parole Karl Blackburn, dont le patron Richard Garneau a été l'un des principaux acteurs industriels auprès du gouvernement canadien pour obtenir cette intervention de l'État fédéral.
Le message envoyé aux communautés du Québec et des provinces forestières canadiennes est tout aussi important pour Résolu. Le gouvernement canadien a d'une certaine façon reconnu l'importance de l'industrie forestière au Canada. Cette reconnaissance était souhaitée par l'industrie qui a souvent critiqué l'attitude du gouvernement conservateur dans le dossier du bois d'oeuvre qui avait été timide dans l'aide aux communautés au plus fort de la crise.
Le volet du soutien économique pendant la crise n'a pas été analysé en profondeur par l'entreprise. Karl Blackburn souligne qu'Ottawa a tout de même indiqué qu'il y avait des garanties de prêts dans son programme : « Il reste à déterminer comment nous allons être en mesure d'intégrer ce soutien financier dans nos opérations. Pour le moment, on ne peut pas en mesurer les impacts », a ajouté Karl Blackburn.
Interrogé sur certaines critiques déjà entendues depuis l'annonce voulant que les programmes ne seraient pas nécessairement ouverts pour le soutien direct à la surtaxe, Karl Blackburn a rappelé certaines déclarations des dirigeants politiques en lien avec cette annonce.
« Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, avait lui-même suggéré à Ottawa de mettre de l'avant des mesures complémentaires à celles déjà annoncées par le Québec pour bonifier l'aide à l'industrie et c'est ce que l'on peut comprendre de ce qui a été annoncé hier », a conclu le porte-parole de Résolu.
CIFQ: le fédéral a bien saisi les enjeux, selon André Tremblay
Le président du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), André Tremblay, estime que l'annonce de jeudi midi démontre que le gouvernement canadien a bien saisi les enjeux de cette guerre commerciale et a décidé d'intervenir. D'une certaine façon, en fonction des analyses préliminaires, il estime qu'il s'agit d'un programme complémentaire à celui annoncé par le Québec qui offre des garanties de prêts de 300 M$ par année pour faire face à la surtaxe.
« Le gouvernement canadien ouvre la porte à du financement pour des projets à plus long terme ou même le refinancement pour certaines entreprises qui ont fait des investissements. Il s'agit plus d'une aide à long terme alors que Québec intervient pour nous aider à répondre à la surtaxe imposée par les Américains. C'est positif comme annonce », insiste André Tremblay.
Le syndicat Unifor, qui représente des travailleurs du secteur forestier d'un bout à l'autre du Canada, a réagi favorablement à l'annonce fédérale quelques minutes après la publication des communiqués officiels.
« Mieux vaut tard que jamais comme le dit le proverbe ! Nous sommes soulagés de constater que le gouvernement fédéral prend enfin au sérieux les demandes maintes fois exprimées par les acteurs du secteur de la forêt au Québec. Il faudra demeurer vigilant cependant afin de s'assurer que les mesures répondent aux besoins et s'arriment bien avec celles de Québec », a commenté Renaud Gagné, le grand patron d'Unifor au Québec.