Les mesures pour l'industrie forestière annoncées par Denis Lebel ont été bien reçues par André Tremblay, Réjean Paré et Richard Garneau.

Ottawa veut contrer le discours de Greenpeace

Le gouvernement conservateur s'implique de manière à soutenir l'industrie forestière pour faire face aux attaques de Greenpeace et afin d'améliorer les connaissances sur le caribou forestier.
Hier, le ministre conservateur Denis Lebel, flanqué du président et directeur général du Conseil de l'industrie forestière, André Tremblay, du président de Rémabec, Réjean Paré, et du grand patron de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau, a annoncé que le gouvernement financerait des études scientifiques plus poussées sur le caribou forestier et qu'il agirait auprès des clients des compagnies forestières pour rétablir les faits entourant les pratiques forestières au Canada.
Des mesures qui découlent des pressions exercées par des maires du Québec et de l'Ontario qui se sont rendus à Ottawa il y a quelques mois pour demander au gouvernement de soutenir l'industrie.
Le ministre Lebel ne s'est pas caché en affirmant qu'il tenait à faire l'annonce avant le déclenchement des élections. «Ce n'est pas d'hier qu'on travaille pour soutenir l'industrie forestière. Il fallait coordonner trois ministères ensemble pour développer ces mesures afin de démontrer notre volonté de défendre l'industrie. Ce n'est pas vrai que Greenpeace va détruire l'économie de ma région. On veut rétablir les faits pour que cesse la diffamation», a-t-il affirmé.
Pour contrecarrer les attaques de Greenpeace, une campagne de promotion intensive sera amorcée en utilisant notamment les médias sociaux. Tous les ambassades et consulats seront mis à contribution pour expliquer dans les pays les pratiques forestières du Canada. Finalement, les ministres de trois ministères vont signer une lettre qui sera envoyée aux clients des compagnies forestières. «Ce ne sera pas que des lettres, ça sera accompagné d'études et de contenu répondant aux allégations. On va leur répondre aux groupes environnementaux», a signifié le député de Lac-Saint-Jean.