Noël, dans une rue de Malines en Belgique.

Noël en Belgique

CHRONIQUE / Que l'on soit d'un côté ou de l'autre de l'océan, Noël et ses festivités nous rappellent de manière forte le sens international de cette fête. Pour les chrétiens, c'est d'abord la naissance de Jésus, Dieu fait homme. Le mystère de l'Incarnation. Les valeurs que véhicule cette fête se retrouvent dans nos plus pures traditions familiales et religieuses. Permettez-moi d'en partager quelques-unes de la Belgique, mon pays natal, car c'est un peuple tout aussi festif que les Québécois. Entre le vin chaud des chalets, les cuvées spéciales des brasseries et les spéculoos (biscuits à la cassonade et à la cannelle), les Belges ne se régalent pas qu'à Noël, mais durant tout le mois de décembre.
Le coup d'envoi est donné par Saint Nicolas, qui est devenu le saint patron des écoliers après avoir ressuscité trois petits enfants qu'un charcutier peu scrupuleux avait transformés en chair à saucisse. Les enfants se préparent à sa venue en déposant leurs pantoufles près de la cheminée pour y récolter spéculoos, chocolats et des fruits d'hiver. On dispose également à proximité une carotte pour l'âne qui transporte les cadeaux et un grand verre de bière ou d'alcool pour le saint. Il est aussi accompagné du terrible père Fouettard chargé de punir les enfants turbulents sous la menace de son fouet. Mais comme les enfants belges sont très sages, il n'a pas beaucoup de travail...
Pendant un mois, tout le pays se transforme en une gigantesque forêt d'épicéa. Il n'est pas une chaumière qui n'arbore fièrement son sapin ardennais. Les portes des maisons sont décorées de houx et de guirlandes et les fenêtres maculées de neige en aérosol. Eh oui, nous n'avons pas toujours de la neige !
En famille
Le repas de Noël se prend traditionnellement en famille. Le menu se compose généralement de gibier provenant des forêts ardennaises du sud du pays. Mais, depuis une trentaine d'années, la dinde farcie fait de plus en plus d'adeptes. De nouveaux mets, tels la viande d'autruche a aussi fait son apparition. Quant aux plats typiquement belges, les menus varient selon les régions. Dans le sud, le boudin de Noël à base de chou vert, appelée «tripes à l'djotte», reste un incontournable. À Liège, les grands-mères préparent la boukète, une crêpe garnie de raisins ou de ronds de pommes, frite à la poêle avec du beurre, et servie saupoudrée de sucre fin ou de cassonade. Dans les cantons de l'Est, on déguste une choucroute le jour de l'An et pour que l'année soit bonne, on conseille de glisser une pièce de monnaie sous l'assiette ou dans la poche. En Gaume, le pâté gaumais est à l'honneur. Il s'agit d'une copieuse tarte à la viande marinée dans du vin avec épices et herbes, et recouverte de pâte, un peu comme notre tourtière. À l'approche des Fêtes, on déguste également les cougnous, sorte de pain brioché et dont la décoration - une petite figurine en craie - ravit les enfants qui les récupèrent pour dessiner. Et comme dessert, on trouve les célèbres spéculoos, du massepain (pâte d'amande) et la bûche de Noël, fourrée de pâte aux noisettes nappée de mousse au chocolat.
Côté boissons, la Belgique n'est pas en reste avec ses bières de Noël. La tradition des cuvées de Noël remonte au début du XIXe siècle. Les meilleurs orges et houblons étaient conservés pour brasser des bières spéciales. Aujourd'hui, rares sont les brasseurs qui ne sortent pas leur cuvée pour les Fêtes. Elles sont légèrement plus foncées et plus alcoolisées que la normale.
Comme ici pour la première fois, les marchés de Noël sont organisés en de nombreuses villes. On y retrouve beaucoup d'artisans et des chorales. Les gens ont plaisir à y flâner en s'y retrouvant après le travail. L'ambiance est invitante et la féérie prépare les coeurs à la fête.
Malgré tout cela, le réveillon est et reste une fête familiale. Certains iront à la messe de minuit, pendant que les autres feront la vaisselle ! Ça aussi, cela doit être international ! Comme quoi, d'un côté ou de l'autre de l'océan, Noël se vit avec beaucoup de ressemblances et c'est tant mieux, même si on a l'accent belge!
Sabrina Adam, équipe diocésaine la pastorale d'ensemble