Monia Chokri, retenez ce nom, a remporté les grands honneurs de la 18e édition du festival Regard sur le court métrage à Saguenay avec son film Quelqu'un d'extraordinaire, une oeuvre de 29 minutes mettant en vedette les actrices les plus courues du cinéma québécois.

Monia Chokri, un nom à retenir

Monia Chokri, retenez ce nom, a remporté les grands honneurs de la 18e édition du festival Regard sur le court métrage à Saguenay avec son film Quelqu'un d'extraordinaire, une oeuvre de 29 minutes mettant en vedette les actrices les plus courues du cinéma québécois; Anne Dorval, Sophie Cadieux, Laurence Leboeuf, Magalie Lépine-Blondeau, Anne-Elisabeth Bossé, Évelyne Brochu et Émilie Gilbert.
Après avoir été présenté à Cannes et récompensé à Locarno, Toronto et Austin, le film a fait l'unanimité des juges pour remporter le Grand prix national et le Prix coup de coeur du jury du public. La réalisatrice avec ses deux trophées dans ses mains hésite à savoir si c'est le 15e ou 16e prix que reçoit son film depuis sa sortie en janvier 2013.
«C'est touchant d'être jugée par ses pairs et je suis honorée par cette reconnaissance. Je suis aussi très heureuse d'avoir pris la décision de venir à Saguenay. Il y a une belle énergie ici, il y a plus de dynamisme et on sent la fougue, la jeunesse et une belle folie de création, je vais revenir c'est certain», a promis la réalisatrice de 32 ans qui a vu d'autres festivals, au cours de la dernière année. «On se couche tard, je vais mettre une semaine à me remettre», a-t-elle ajouté en recevant son prix.
Certains la reconnaissent pour l'avoir vu dans le film Les Amours imaginaires de Xavier Dolan, d'autres pour la réalisation de son court métrage, maintenant elle pourra ajouter Saguenay à sa collection de trophées.
Le grand prix international est allé au film britannique The Mass of Men du réalisateur Gabriel Gauchet, qui n'était pas présent sur place pour recevoir son prix. Sur la scène régionale, le cinéaste Yohann Gasse, avec son film Joggin, a remporté le prix du jury du public. «Je suis content, ça va m'aider à défendre mon film dans d'autres festivals et récompenser les gens qui m'ont aidé à le réaliser», a commenté le réalisateur qui devrait s'attaquer à un autre projet d'ici quelques semaines.
Rblackburn@lequotidien.com
Grand prix international : The Mass of Men de Gabriel Gauchet, Royaume-Uni
Grand prix national : Quelqu'un d'extraordinaire de Monia Chokri, Québec
Meilleur film d'animation : Supervenus de Frédéric Doazan, France
Tourner à tout prix (films sans budget) : Lespouère de Moïse Marcoux-Chabot, Québec
Meilleur documentaire : Jack vétéran du Vietnam de François Pesant, Québec
Meilleur scénario canadien de langue française : Mémorable moi de Jean-François Asselin, Québec
Meilleure réalisation : La coupe de Geneviève Dulude-De Celles, Québec
Prix du jury public : Quelqu'un d'extraordinaire de Monia Chokri, Québec
Meilleur film régional : Joggin de Yohann Gasse, Chicoutimi
«C'est incroyable de pouvoir offrir des salles de 500, 600 ou 700 spectateurs à des réalisateurs de courts métrages. Certains festivals de films long métrage n'arrivent pas à générer un tel achalandage.»
-Sébastien Pilote, cinéaste (Le démantèlement)
«Ian Gaïler, le DG du festival, m'a tellement parlé de Regard sur le court métrage à Saguenay avec passion et détermination, qu'il m'a donné le goût de me présenter ici et je vais revenir».
-Monia Chokri, cinéaste gagnante du Grand prix national avec le film Quelqu'un d'exceptionnel
«C'est facile de faire de belles images avec la technologie d'aujourd'hui, le défi c'est de faire de bonnes images.»
-Michel La Veaux, directeur photo
«L'événement est en train de devenir énorme. Des cinéastes de calibre national et international se battent pour venir ici».
-Sébastien Huberdeau. porte-parole de la 18e édition de Regard sur le court métrage
«Le festival est porté par l'énergie de la jeunesse et notre plus belle marque de commerce c'est d'avoir des salles pleines de spectateurs».
Ian Gaïler, directeur général du festival Regard sur le court métrage.
«Je suis le seul artiste au Québec qui n'a pas de téléphone cellulaire, pas d'adresse courriel, pas de page Facebook, pas de twitter et qui continue d'avoir du travail. On m'envoie mes textes par la poste».
-Gabriel Sabourin, vétéran du cinéma québécois
«On parle du festival de Saguenay ailleurs dans le monde comme un rendez-vous international à ne pas manquer».
- Carolle Brabant directrice générale de Téléfilm Canada
«Nous sommes en train d'assister à une véritable explosion du court métrage, le numérique a tout changé".
Monique Simard présidente et chef de la direction de la SODEC