Marc Maltais, conseiller régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean de la Fédération des travailleurs du Québec.

Marc Maltais en colère contre le PQ

Le conseiller régional de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Marc Maltais, est en colère contre le Parti québécois (PQ), qu'il accuse de faire du « capital politique » sur le dos des travailleurs de l'État.
M. Maltais réagissait ainsi à une publication Facebook du Parti québécois, qui avait partagé un article du Journal de Montréal portant sur le salaire amassé par des répartiteurs d'Hydro-Québec en travaillant des heures supplémentaires, publié jeudi.
« Nous devons abolir les salaires déraisonnables dans le secteur public. Il n'est pas normal qu'un répartiteur d'Hydro-Québec soit mieux rémunéré que le plus haut fonctionnaire de l'État et que le premier ministre », peut-on lire dans la publication du PQ.
D'après M. Maltais, l'article montre très bien que si les travailleurs d'Hydro-Québec ont pu presque tripler leur salaire en heures supplémentaires, c'est que les dirigeants ont été pris par surprise par plusieurs départs à la retraite, entre autres éléments. « C'est la responsabilité d'Hydro-Québec si les travailleurs ont dû faire des heures supplémentaires. En fait, je crois qu'on est même chanceux que des personnes aient choisi de passer moins de temps avec leur famille pour remplir un emploi nécessaire. On est chanceux que certaines personnes aient voulu travailler 16 h par jour ! », a affirmé M. Maltais, en entrevue téléphonique avec Le Quotidien, jeudi en soirée.
Le conseiller régional avait tout d'abord réagi sur Facebook, un peu plus tôt. « De la récupération minable du PQ [...] Je suis indépendantiste jusqu'à la moelle, mais quand je vois ces écoeuranteries de la part du PQ je fulmine », a-t-il écrit sur sa page.
M. Maltais mentionne également que pour lui, il n'y a pas de sous-métiers, contrairement au PQ, qui semble vouloir dire qu'un répartiteur n'a pas la même valeur qu'un haut fonctionnaire. « C'est un emploi essentiel. Je ne pense pas qu'il y ait de sous-métiers. S'il n'y avait plus de personnes pour le faire, comme s'il n'y avait plus de concierges, je crois que les hauts fonctionnaires remarqueraient la différence. On a besoin de ces gens pour faire ces métiers », a-t-il assuré.
Selon lui, ce commentaire du PQ ne semble pas être une erreur de communication, mais ressemble plutôt à une stratégie politique. « On dirait que c'est une stratégie politique d'aller taper sur les travailleurs de la fonction publique, pour aller chercher l'électorat de la Coalition avenir Québec (CAQ), en disant qu'il y a trop de fonctionnaires. J'ai l'impression que le PQ se tasse de plus en plus vers la droite, surtout depuis que l'alliance avec Québec solidaire n'a pas fonctionné. On est en période préélectorale, avec les élections l'année prochaine, et ça paraît », a mentionné Marc Maltais.
Le conseiller régional de la FTQ compte interpeller les députés péquistes de la région pendant les prochains jours, pour discuter avec eux de cet enjeu en particulier. « Je suis indépendantiste. Je suis membre de Québec solidaire et du Parti québécois. Mais je n'accepte pas ça », a conclu M. Maltais.