Pierre Karl Péladeau a obtenu 57,6% des votes.

Maltais cinglant envers le PQ

La figure syndicale régionale Marc Maltais estime que la branche sociale-démocrate du Parti québécois est morte, tout comme son appui au parti.
Lorsque joints par Le Progrès-Dimanche, le représentant régional de la FTQ, Marc Maltais, et son prédécesseur Jean-Marc Crevier ont été avares de commentaires, préférant garder leur opinion pour eux.
«Professionnellement, je n'émettrai pas de commentaires», a affirmé Marc Maltais. Toutefois, quelques minutes plus tard, le syndicaliste a publié un message très clair sur son compte Facebook.
«Félicitations à Alexandre Cloutier! Cette course à la chefferie démontre que le PQ ne se cherche plus, il s'est trouvé. Les partisans de la CAQ vont trouver un bon chef en PKP, un ténor de la droite (les deux partis ont en commun des chefs multimillionnaires et antisyndicaux) et vont peut-être se joindre au PQ, mais pas moi, jamais! La social-démocratie du PQ est morte en même temps que mon appui à ce parti. La grande question est de savoir si le PQ va prendre assez de votes à la CAQ pour combler la perte de ses propres membres», a publié le représentant régional de la FTQ.
De son côté, Jean-Marc Crevier a tout simplement décliné l'invitation du Progrès-Dimanche.
Trois partis de droite
Le représentant régional de la CSN, Engelbert Cottenoir n'a pas été surpris de la victoire de Pierre Karl Péladeau. «Nous avons maintenant trois partis clairement de droite. Je n'ai pas vraiment d'opinion sur le sujet, mais c'est certain que son passé avec les syndicats est dérangeant. Je ne pense pas qu'il changera d'opinion une fois au gouvernement», a affirmé M. Cottenoir.
Le député de Jonquière-Alma, qui a longtemps été président syndical à l'Alcan et qui avait tardivement appuyé Alexandre Cloutier, Claude Patry, n'a pas retourné l'appel du Progrès-Dimanche, hier.
De son côté, le maire d'Alma, Marc Asselin, a tenu à féliciter le député de Lac-Saint-Jean Alexandre Cloutier. «Je suis très fier de la campagne d'Alexandre, un gars de chez nous. Il a prouvé qu'il est voué à une grande carrière politique», a affirmé M. Asselin, ajoutant que la victoire de PKP était un secret de Polichinelle. «On verra la suite des choses. Il faut laisser la chance au coureur comme on dit», a indiqué le maire d'Alma.