Après de nombreux mois d'efforts, Maxime Jolin, coordonnateur du comité du 50e anniversaire, et Dominic Néron, président de la 50e édition du Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière, peuvent savourer le succès collectif obtenu lors de cette édition mémorable. Une réussite indissociable des centaines de policiers et de civils qui donnent généreusement de leur temps pour la pérennité de l'événement dédié à la jeunesse.

L'héritage du passé pour bâtir l'avenir

Tenue du 12 au 19 janvier, la 50e édition du Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière (TPHPWJ) aura permis à l'organisation d'honorer le riche héritage du passé. Un travail colossal, couronné de succès, dont les fruits continueront d'inspirer et de motiver les troupes pour encore quelques décennies.
Faut dire que le comité spécial créé pour l'occasion a déployé beaucoup d'énergie et de temps, au cours des trois dernières années, pour retracer les artisans et les grands moments de ce tournoi unique en son genre de par l'implication bénévole des policiers. Pendant la conversation, le coordonnateur du comité, Maxime Jolin, avoue que c'est en faisant une entrevue avec le premier président du tournoi, Denis Gagnon, qu'il a réellement pris conscience de l'ampleur de ce tournoi devenu une véritable institution. «C'est plus qu'un tournoi de hockey. C'est une grosse organisation et il y a toute une histoire derrière ça.
Il y a de nombreuses personnes et des familles qui ont été impliquées pour le faire perdurer», énonce-t-il, approuvé par le président du 50e, Dominic Néron.
Pour souligner comme il se doit l'apport de leurs prédécesseurs, les organisateurs ont concocté une programmation où ils pourraient rendre hommage aux trois atouts qui contribuent à la pérennité du tournoi: les bénévoles, les joueurs et les commanditaires.
Un album-souvenir, publié à 2500 exemplaires, a aussi été produit. «Le travail qui a été investi là-dedans est impressionnant. On a enfin un document qui nous sert de référence», note Maxime Jolin. D'ailleurs, il n'est pas trop tard pour se procurer l'une des 700 copies encore disponibles au coût de 5$ dans les Pharmacies Jean Coutu de Jonquière.
Pari réussi
L'organisation du 50e souhaitait offrir une fête grandiose et elle a livré la marchandise. Car l'édition 2014 s'est distinguée à bien des égards. «C'est comme si toutes les planètes s'étaient alignées pour une réussite», convient le président Dominic Néron. Ce dernier a encore en tête l'ambiance électrisante des finales, le dimanche, au Palais des sports, qui a mis en vedette des équipes locales. L'un des moments forts a été le couronnement des Marquis de Jonquière dans le BB et des Rockets de Jonquière dans le A. Pas une, mais deux bannières de champions! Que demander de plus?
Même dame Nature a collaboré en offrant du temps clément au lieu du traditionnel froid polaire. Tous ces éléments ont contribué à un succès de foule. Les premiers chiffres avancent 25 000 personnes ayant franchi les tourniquets du Palais des sports et du Foyer des loisirs durant les huit jours du tournoi. Même les écoles ont été nombreuses à répondre à l'invitation lors des deux journées scolaires prévues dans la programmation. Un record a aussi été enregistré du côté des ventes de souvenirs. «Habituellement, ça tourne autour de 10 000$ dans les grosses années et on l'a dépassé", affirme le président Néron.
Quant à la notoriété du tournoi, elle n'est plus à faire. Plusieurs équipes participantes sont prêtes à payer avant de quitter pour assurer leur place l'année suivante. «On a réussi à créer un happening chez les équipes», affirme Maxime Jolin, qui est pressenti pour assumer la présidence de la 51e édition.
À ce sujet, le jeune père de famille préfère prendre un peu de recul. La bonne nouvelle, c'est qu'il pourra compter sur l'appui de plusieurs bénévoles qui avaient laissé entendre que le 50e serait leur chant du cygne. Or, ils ont tellement aimé leur semaine qu'ils ont assuré l'organisation de leur retour l'an prochain!
Jstpierre@lequotidien.com