Mondou a offert des bacs de litière, des bols et 16 cages de transport de différents formats au groupe Rescue Poilus qui vient en aide aux chats abandonnés.

Les sauveurs d'animaux sollicitent la population

CHRONIQUE - LES ÉTOILES DE PICOTTE / Les sauveurs d'animaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont de plus en plus nombreux à solliciter l'aide de la communauté. Groupes, organismes, refuges et particuliers sentent l'urgence d'agir pour venir en aide aux bêtes abandonnées. Heureusement que des entreprises les encouragent dans leur mission.
Le groupe Rescue Poilus a compté plus d'une fois sur la générosité de Mondou, au cours des derniers mois. Cette entreprise québécoise, qui existe depuis près de 80 ans et compte 62 succursales dans la province, est très impliquée dans sa communauté. En décembre dernier, Mondou leur offrait une vingtaine de poches et des boîtes de nourriture pour chats. « Souvent, ce sont des sacs de nourriture ouverts par des clients, que le chat n'a pas aimée, ou encore, des poches un peu brisées », explique Suzanne Harvey, une des deux administratrices de Rescue Poilus. Trois mois plus tard, après les avoir contactés pour les mettre au courant d'un brunch-bénéfice qui aura lieu le 14 mai prochain, Mondou a offert des bacs de litière, des bols, 16 cages de transport et un panier cadeau à faire tirer au brunch. « Ce sont les cages qui ont servi à transporter les animaux lors de l'émission spéciale Le Banquier avec animaux », poursuit madame Harvey. Toutes les semaines, Mondou Jonquière offre des dons de nourriture à des refuges de la région.
Les 2300 membres du groupe Facebook Rescue Poilus s'entraident, soignent, capturent, sensibilisent et gagnent du terrain pour contrer le fléau des chats errants. C'est une des membres, Noëlla Bouchard, qui s'occupe d'aller chercher des commandites de nourriture et d'équipement pour venir en aide aux familles d'accueil qui hébergent les bêtes dans le besoin. Dernièrement, madame Bouchard a écrit à Arm & Hammer Canada, qui soutient les groupes de secours animal de partout au pays. L'entreprise a félicité le groupe en envoyant huit poubelles pour litière, 12 recharges et 25 coupons pour que les familles d'accueil puissent se procurer gratuitement leur toute nouvelle litière Slide Arm & Hammer.
De plus, certaines cliniques du Saguenay-Lac-Saint-Jean offrent 15 à 25 % de rabais aux adoptants qui choisissent un animal provenant de différents refuges, organismes et groupes de la région.
Gestion
Le plus dur, dans la logistique du groupe Rescue Poilus, c'est de trouver de l'argent pour couvrir les frais de soins vétérinaires, la vaccination, la stérilisation, la nourriture, la litière, etc.
Dans un souci de transparence, chaque facture est publiée sur la page Facebook. La deuxième contrainte majeure est au niveau de la gestion des familles d'accueil et des adoptants, qui ne sont pas toujours préparés à accueillir un chat de la rue. « Maintenant, on fait signer des contrats d'adoption et nous avons un protocole pour les familles d'accueil », ajoute Suzanne Harvey. Il ne faut pas non plus oublier le temps précieux et la patience pour s'adapter aux bêtes qui ont parfois été très peu socialisées avec l'humain.
Le problème des chats errants est un problème collectif. Bien que plusieurs personnes et groupes se soient formés pour faire de la sensibilisation, notamment au niveau de la stérilisation, les sauveurs d'animaux ne seront jamais trop nombreux. Beaucoup de personnes font leur part, souvent dans l'ombre, pour aider un chat ici et là. Ensemble, à force d'en parler et d'avoir des gens qui sensibilisent la population, nous allons réussir à faire des humains de meilleurs propriétaires d'animaux.
Bilan
Depuis le début de l'année 2017, Rescue Poilus a sauvé 30 chats dont trois ont dû être euthanasiés parce qu'ils étaient trop mal en point.
Présentement, des familles hébergent huit gestantes, dont quatre ont déjà eu leurs chatons.
En tout, 27 chats ont été stérilisés, dont 14 sont des chats sauvés à la fin 2016.
De ce nombre, 22 chats ont été adoptés, dont un porteur du virus de l'immunodéficience aussi appelé le sida des chats.
Les 15 rescapés de la colonie du lac Léon ont tous été stérilisés.12 ont trouvé leur famille pour la vie, dont deux sur des fermes responsables. Il en reste trois à placer.