André Bouchard a livré un message sans équivoque, mercredi, lorsqu'il a pris la parole au Salon industriel du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les jeunes n'ont pas  « appris à souffrir »

André Bouchard, fondateur de Béton préfabriqué du Lac, a livré un message à l'intention des jeunes, mercredi midi, au Salon industriel du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Comme l'ont fait Lucien Bouchard et onze autres personnalités québécoises en 2005 par le biais du Manifeste des lucides, le fondateur de l'entreprise régionale a livré un discours direct sur l'état de la province. D'entrée de jeu, l'homme a dit qu'il aurait eu besoin d'environ deux heures pour livrer son message. 
M. Bouchard a déclaré que l'économie du Québec a progressé depuis 1985, mais qu'elle reste stable depuis 2010. Il s'est par la suite directement adressé aux jeunes. 
« Soyez prudents parce que ça va bien au Québec, ça va bien dans la région, mais ça ne pas va pas si bien que ça », a-t-il mis en garde. 
Lors de ses voyages, le fondateur dit avoir vu des pays qui utilisaient les mêmes moyens que le Québec faire faillite. Selon lui, le Québec ne se préoccupe pas assez du développement industriel et devrait y voir. 
Plus de fierté
Pour M. Bouchard, les gens gagneraient également à être plus enthousiastes au travail. L'homme d'affaires a expliqué qu'il est important, selon lui, d'être fier de ce qu'on réalise. Il a toutefois ajouté qu'il faut arrêter de se trouver « trop » bons, qu'il faut aller plus loin et se voir à notre meilleur. « Si tu joues junior, tu joues juste au Lac-Saint-Jean. Tu n'iras pas dans la Ligue nationale, tu ne seras pas capable », a-t-il exemplifié.
Pendant son discours, M. Bouchard a fait mention de la nouvelle génération à maintes reprises. « Vous vivez à une ère où c'est facile. Ça ne durera pas. [...] Vous n'avez pas appris à souffrir, vous n'avez pas appris à avoir des problèmes, vous n'avez pas appris à travailler dur. »
Rencontre entre entrepreneurs et décideurs
Pour une 13e année, le Salon industriel du SAGLAC a débuté, mercredi midi, au Pavillon sportif de l'UQAC.
Ce salon, qui se tient aux deux ans, est l'occasion pour les entrepreneurs de la région de faire connaissance avec des décideurs en fonction de tous les secteurs de l'industrie. 
C'est l'occasion pour les entreprises de faire moins de prospection, car les clients se déplacent. « Les exposants qui sont ici invitent les clients à venir les rencontrer », explique Éric Pageau, président du Groupe Pageau et promoteur de l'évènement. Selon lui, cette différence crée une tout autre dynamique.
Au total, 125 compagnies sont présentes au Salon qui se termine vendredi. Puisque le Salon est sur invitation seulement, le promoteur s'attend à recevoir entre 1000 et 1200 visiteurs durant les deux jours. 
Pour les entrepreneurs présents sur place, c'est une occasion d'affaires qui permet d'augmenter leur visibilité et recruter de nouveaux clients.
Ce qu'il a dit...
« Ce n'est pas parce que tu as ton chèque de paie aujourd'hui que tu vas l'avoir demain. »
«  Ce sont vos enfants qui vont vous ramasser en bas de la pente tantôt. C'est ça que vous voulez ? Parfait. Continuons de même ! »
«  C'est un plaisir de travailler quand on est bons. Ceux qui partent plus vite, c'est parce qu'ils ne sont pas bons. »
«  Arrêtons d'aller en vacances, travaillons un peu. »