Les joueurs des Marquis ont obtenu leur billet pour la grande finale.

Le hockey est roi

CHRONIQUE / Alors qu'à Montréal on pleure l'élimination rapide du Tricolore au premier tour, ici, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le hockey est roi. Les Marquis sont en grande finale de la Ligue nord-américaine de hockey et les Saguenéens continuent de surprendre toute la planète hockey et se retrouvent en demi-finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec contre la meilleure équipe du circuit, les Sea Dogs de Saint-Jean.
Je veux revenir rapidement sur l'élimination du Canadien. Je vais laisser aux grands spécialistes de Montréal le bilan de la saison, mais quand tu marques quatre buts en trois rencontres il est très difficile de gagner une série.
Revenons chez nous maintenant. Les Marquis l'ont emporté facilement contre Saint-Georges et ce n'est pas une surprise. Les hommes de Richard Martel étaient les favoris. S'il avait fallu que l'équipe de Saint-Georges, battue au premier tour avant d'être repêchée pour la suite des séries en raison de ses résultats en saison, se rende en grande finale, les dénigreurs du hockey senior se seraient fait un plaisir de parler contre la LNAH. Tout est passé maintenant et on assistera à une belle finale haute en couleur avec deux entraîneurs très colorés, Richard Martel et Bobby Baril, qui ont déjà travaillé ensemble avec le Drakkar de Baie-Comeau. Les Marquis devraient l'emporter en cinq.
Mais pour le malheur des Marquis, pratiquement toute l'attention des amateurs de hockey au Saguenay repose sur les Saguenéens. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable, les succès des Saguenéens retiennent énormément l'attention. L'équipe de Yanick Jean devrait être dans les boules à mites depuis belle lurette, mais à la surprise de tous, elle a éliminé Rouyn-Noranda. La dernière victoire a été obtenue d'une façon très spectaculaire. C'était presque digne d'un film.
Ils ont débuté la demi-finale avec une performance ordinaire contre les Sea Dogs qui a fait dire à la majorité des gens que je rencontrais que ce n'était qu'une question de temps et que les Sea Dogs étaient trop forts. Les joueurs des Saguenéens, dans le deuxième match, sont revenus à leur identité : une très bonne performance de leur gardien, un jeu défensif très étanche et une attaque à cinq qui fonctionne à plein régime. Billia a volé Saint-Jean et l'attaque à cinq a marqué de gros buts, avec trois minutes à faire en troisième période et en deuxième période de prolongation. Ce soir, le Centre Georges-Vézina sera rempli et on se retrouve avec une série trois de cinq. Je ne dis pas que les Saguenéens sont favoris maintenant, mais ils ont réussi leur première mission en gagnant sur la patinoire des Sea Dogs. Il sera maintenant intéressant de voir la réaction de la foule. J'ai hâte de voir les deux prochaines rencontres. Je suis convaincu que Yanick Jean rappellera à ses joueurs que la manière de gagner contre Saint-Jean est celle qui a été utilisée dans la deuxième rencontre : un système défensif et de la patience.
La semaine dernière, dans cette chronique, je vous parlais de l'importance des joueurs d'impact. Les Billia, Galipeau, Roy, Ratelle, Zhukenov et compagnie. Ils continuent leur bon travail. Roy reste le leader de cette équipe avec Allard, mais les joueurs obtenus par Yanick Jean rapportent. Joey Ratelle est un joueur de caractère et sa robustesse aide, mais il doit rester sur la glace. C'est là où les Saguenéens en ont besoin.
J'ai rencontré des gens mécontents de l'augmentation de 2 $ du prix des billets pour la demi-finale. Consolez-vous. À Saint-Jean, les billets sont à 32 $ pour la demi-finale. C'est une augmentation de 10 $. Imaginez un peu les administrateurs des Saguenéens avec 10 $ de plus par billet et plus de 8000 personnes attendues en deux jours. Ça ferait sourire le comptable.