Jonathan Bélisle, vp stratège, recherche et développement, et Vincent Routhier, fondateur de SAGA, une boîte de production visuelle multiplateforme, développent l'avenir.

Le cinéma en pleine mutation

Peu importe que ce soit sur Internet, à la télévision, à la radio, sur une tablette électronique, sur un téléphone intelligent, dans un journal, dans un événement, sur des vêtements, sur un jeu de table ou dans un jeu vidéo, l'être humain aura toujours le goût de s'asseoir pour se laisser raconter une histoire.
La conférence Cinéma en mutation de Jonathan Bélisle VP Stratège/R&D et Vincent Routhier fondateur et président de SAGA, prononcée la semaine dernière dans le cadre du festival Regard sur le court métrage, propose un avenir «transmédiatique» très impressionnant de l'industrie du divertissement.
«Les habitudes des gens changent et les entreprises veulent en savoir plus sur les habitudes des gens. Google a acheté un logiciel qui permet savoir où sont les gens avec leur téléphone cellulaire. Ils savent où sont les jeunes, les gens qui marchent vite; ils savent où sont les vieux, les gens qui marchent lentement. Google peut prédire deux semaines à l'avance ce que vous ferez en fonction des recherches que vous avez faites sur Internet. Les machines apprennent ce qui se passe dans nos vies en analysant nos contenus en explorant nos nouveaux comportements», a expliqué Jonathan Bélisle dès le début de la conférence.
«Les façons d'écouter des contenus changent. Des créateurs ont réalisé des séries télévisées pour présenter un épisode par semaine, mais des gens choisissent d'écouter 12 épisodes dans la même journée sans avoir à regarder les publicités», fait valoir le spécialiste pour démontrer que le divertissement visuel est en mutation.
Jonathan Belisle explore de nouveaux territoires narratifs et voit à planifier le développement des plateformes technologiques qui permettent de livrer des expériences transmédias qui se retrouveront sur les différentes plateformes.
«Il faut choisir les bonnes plateformes pour le bon contenu et pour la bonne personne en considérant qu'on ne diffuse pas le même contenu sur toutes les plateformes», a résumé Vincent Routhier pour qui les bonnes histoires trouveront toujours une place pour se faire raconter. L'industrie du cinéma est en mutation et l'ensemble du monde visuel du divertissement sera affecté.