Nathalie Savard et Claire Montour

Le bac obligatoire, une mauvaise idée

L'Ordre des infirmières du Québec est déconnecté de la réalité de ses membres oeuvrant dans les hôpitaux lorsqu'il prône l'obtention obligatoire d'un baccalauréat pour autoriser la pratique professionnelle.
Ce point de vue a été exprimé par la présidente de la Fédération de la Santé du Québec, Claire Montour, alors qu'elle était invitée à l'assemblée régionale du Syndicat des intervenants de la santé du Nord-Est québécois (SIISNEQ), qui représente 1250 infirmières au Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi que sur la Côte-Nord.
Ce syndicat affilié à la Fédération de la Santé du Québec mène présentement une consultation auprès de ses membres afin de connaître leur opinion au sujet de la position prise en août dernier par l'Ordre concernant la diplomation universitaire obligatoire.
La présidente de la FSQ estime prématurée la position de l'Ordre puisqu'aucune consultation, diagnostic, état de situation n'a été réalisé avant d'émettre cette recommandation au Gouvernement du Québec. «Ce n'est pas tout le monde qui souhaite compléter une formation universitaire. Il faudrait se demander quels seraient les effets d'une diplômation au bac compte tenu que notre profession connaît une forte pénurie de main-d'oeuvre dans certaines régions», renchérit Nathalie Savard, présidente du SIISNEQ.
Plus de détails demain dans Le Quotidien//