La fermeture de la dernière buanderie commerciale sur la rue Hôtel-Dieu, il y a quelque temps, a laissé les résidants du centre-ville à court de ressources pour faire leur lessive.

L'aide de Promotion Saguenay sollicitée

Un projet visant l'implantation d'une buanderie communautaire au centre-ville de Chicoutimi est en gestation. L'initiative est pilotée par la direction de la Maison d'accueil pour sans-abris, qui reçoit l'aide de Promotion Saguenay.
Rencontré récemment, le directeur général de l'organisme communautaire, Michel Saint-Gelais, a indiqué qu'il mijote cette idée depuis plusieurs mois. La fermeture de la dernière buanderie commerciale sur la rue Hôtel-Dieu, il y a quelque temps, a laissé les résidants du centre-ville à court de ressources pour faire leur lessive. Pour la Maison des sans-abris, l'existence d'un tel service serait profitable à plusieurs chapitres. La buanderie serait un organisme sans but lucratif (OSBL). Elle pourrait servir de tremplin pour des personnes aux prises avec des difficultés qui souhaitent intégrer le marché du travail.
Pour étayer le projet, Michel Saint-Gelais a fait appel à des étudiants du Cégep de Jonquière. Un plan d'affaires détaillé a été élaboré.
« Il y a un réel besoin pour ce type de service au centre-ville. Ce service ne serait pas juste pour la clientèle de la Maison d'accueil, mais pour tous les résidants du secteur qui pourraient laver leur linge à faibles coûts », a-t-il fait valoir.
Michel Saint-Gelais a consulté l'Association des buanderies du Québec. Il a appris qu'un partenariat serait envisageable pour l'achat de produits à prix concurrentiels. Un investissement de base serait toutefois nécessaire pour l'achat de machines à laver et de sèche-linge, d'où l'aiguillage offert par Promotion Saguenay. Environ 80 000 $ seraient requis pour démarrer le projet.
Toujours selon le directeur de la Maison d'accueil pour sans-abris, le conseiller municipal responsable du centre-ville de Chicoutimi, Simon-Olivier Côté, a fourni son appui au projet, lequel permettrait aussi de lutter contre les préjugés et de tisser des liens entre la population et les commerçants. Le secteur de la rue du Havre, non loin de la Soupe populaire, serait privilégié pour l'implantation de la buanderie communautaire.
Chez Promotion Saguenay, il n'a pas été possible de savoir si l'initiative bénéficiera d'un appui financier.
« Tous les dossiers traités par notre service aux entreprises sont confidentiels », a signifié la directrice du marketing, Ruth Vandal, par courriel.