La mère d'Élisa T. coupable

Gemma Angers, la mère d'Élisa T., cette jeune fille abusée par ses parents pendant des années dans la petite municipalité de Normandin au Lac-Saint-Jean, a finalement été reconnue coupable de 12 chefs d'accusation d'attentat à la pudeur et de voies de fait avec lésions.
La décision a été rendue cet après-midi par la juge Johanne Roy de la chambre criminelle de la Cour du Québec du district de Roberval.
Cette condamnation découle des plaintes déposées par la victime du drame humain, Lise Trottier, plusieurs années après la commission des gestes reprochés à Gemma Angers et à son conjoint et beau-père de la victime, Joseph Bélanger. Ce dernier a d'ailleurs plaidé coupable à une série d'accusations toujours en lien avec les sévices infligés à l'enfant.
Dans sa décision, la juge Johanne Roy a fait ressortir  le caractère inhumain du comportement de la mère et de son conjoint. La preuve a démontré que Gemma Angers a joué un rôle important dans ce scénario digne d'un film d'horreur que la victime a tenté d'exorciser en publiant le récit de sa vie.
L'histoire de Lise Trottier,  aujourd'hui âgée de 51 ans, est bien connue du grand public. Son livre autobiographique "Des fleurs sur la neige", vendu à plus de 204 000 copies, et la série télévisée dans laquelle Élisa T. était interprétée par Céline Dion, racontent les horreurs que son beau-père, Joseph Bélanger, et sa mère lui auraient fait vivre pendant plusieurs années.
Les procédures judiciaires sont engagées depuis 2006 dans cette affaire, qui s'échelonne de 1957 à 1974. Mais pourquoi avoir attendu plus de 35 ans avant de porter plainte? Lise Trottier répond que c'est par respect pour son frère et sa soeur, également victime dans cette affaire. "Ils n'étaient pas prêts. Mais il y a cinq ans, j'ai revu Joseph s'occuper d'une handicapée et il l'a "pognassait" devant moi et riait. Cela a été l'élément déclencheur. Je me suis dit que s'il l'avait fait avec moi et mes frères et soeurs, il le ferait avec d'autres. Il fallait que ça s'arrête."