Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

La CAQ mal placée, selon Sylvain Gaudreault

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, estime que le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, est bien mal placé pour faire des leçons de développement économique régional en raison des positions saugrenues qu'il a prises dans le passé.
Réagissant aux propos tenus par M. Legault dans le cadre de sa tournée dans la région, M. Gaudreault affirme que la CAQ depuis sa création n'a adopté que le Plan Saint-Laurent, une initiative qu'elle s'est fait ravir par les libéraux. « C'est un plan que les caquistes voulaient financer à même les crédits d'impôt offerts pour les entreprises oeuvrant dans le multimédia mis en place par le Parti québécois en 2002 par Bernard Landry », explique M. Gaudreault.
Citant un article du Devoir de mars 2014, M. Gaudreault rappelle que M. Legault proposait d'abolir ces crédits en affirmant que des firmes comme CGI ou IBM n'avaient pas besoin de crédits d'impôt, « qui ont permis pourtant d'accueillir le studio d'Ubisoft Saguenay ». 
Le député de Jonquière poursuit en rappelant que la CAQ propose d'abolir les commissions scolaires, malgré le fait que ces entités administratives soient un outil de décentralisation des pouvoirs pour les régions.
Dans la même lignée, M. Gaudreault affirme que la CAQ souhaite instaurer l'autonomie administrative des hôpitaux, « une mesure qui aurait pour effet d'annihiler la représentation des régions et laisser les pleins pouvoirs à un ministre de la Santé basé à Québec ».
M. Gaudreault rappelle qu'en fin de semaine dernière, lors de son congrès, le Parti québécois a adopté dans son programme des mesures prévoyant l'adoption d'une loi-cadre sur la décentralisation vers les régions ainsi que des incitatifs pour le retour des étudiants en régions après leurs études en plus de la mise en place d'outils de concertation régionale.