José Navas dansera à Jonquière pour la première de sa carrière, ce soir. Il présentera un solo intitulé Miniatures.

José Navas seul comme un grand

Le Théâtre La Rubrique accueille un artiste de réputation internationale, aujourd'hui à 20 h. Le danseur et chorégraphe José Navas se présentera seul comme un grand, à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, afin de livrer sept vignettes à caractère autobiographique intitulées Miniatures.
Cette production de la Compagnie Flak a vu le jour en 2008. Le temps de faire bonne impression à Montréal et elle amorçait un long séjour à l'étranger, notamment en Europe. Sollicitée par des festivals internationaux, ainsi que de nombreux diffuseurs, c'est seulement l'année dernière qu'elle est revenue au Québec, ce qu'apprécie son principal artisan.
« Je suis chanceux d'avoir pu montrer ce spectacle aussi souvent avant de le ramener ici. On peut dire qu'il a été bien digéré », a commenté José Navas mercredi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien. Même si sa répétitrice veille à ce qu'il ne s'accorde pas trop de libertés par rapport aux chorégraphies originales, le passage du temps a fait évoluer Miniatures.
Le danseur explique qu'il est âgé de 49 ans et que malgré tous ses efforts pour garder la forme, son corps se transforme, inéluctablement. Puisqu'il n'y a ni décors ni costumes élaborés, c'est lui qu'on voit pendant près d'une heure, pendant les interprétations et lors des transitions vécues sous les yeux du public. Dans ce contexte, le médium devient forcément le message.
« Le corps change et ça apporte une richesse au même titre que la voix grave, pas entièrement propre, d'un chanteur qui aurait fumé longtemps. Parfois, c'est plus touchant », fait valoir José Navas. Miniatures a marqué son retour au solo et il s'attendait pas à présenter ce spectacle pendant six ans. À son avis, ses choix musicaux ont joué un rôle dans cette réussite.
Au lieu de recourir à des compositions originales de facture contemporaine, le chorégraphe a monté ses vignettes à partir d'oeuvres appartenant au répertoire classique. Il a convié Bach, Debussy, Chopin, Vivaldi, Gershwin et Grever, ainsi que Bellini par le truchement de la Callas.
« Je n'ai pas sélectionné les pièces que je préfère, mais celles qui me touchaient en tant qu'artiste : Bach pour la structure, par exemple, et Bellini pour le côté théâtral. La musique classique est une porte qui s'ouvre sur le public. Elle lui permet d'entrer dans le spectacle », énonce José Navas.
Précisons que sa performance sera précédée par Programme-1, une chorégraphie d'Edgar Zendejas exécutée par des interprètes de la région. Ils sont membres du Ballet contemporain du Nord, une formation dirigée par Julie Morin.