Jean-Michel Pellicelli a marqué sur un tir de pénalité dans une cause perdante.

Jonquière s'approche du titre junior AA

Après avoir remporté le championnat de la saison régulière, les Marquis de Jonquière ont pris une sérieuse option, hier, sur le titre des séries dans la Ligue de hockey junior régionale. Les hommes de Bob Desjardins ont signé une victoire de 5-2 sur les Éperviers pour mener la série finale 3-0.
Hier, au Palais des sports de Jonquière, les locaux ont profité des blessés dans le camp adverse pour contrôler l'allure du match. Ils ont pris les devants 2-0 au cours des 40 premières minutes. Les visiteurs ont connu leurs meilleurs moments en début de troisième pour s'approcher à un but sur un puissant tir de la pointe de Billy Ménard en supériorité numérique. Claude-Éric Fillion a immédiatement répliqué pour redonner un coussin de deux buts aux siens. Jean-Michel Pellicelli a ramené les Éperviers sur un tir de pénalité, mais les Marquis ont rejoué le même tour quand Simon-Pierre Chamberland a marqué le quatrième filet des Jonquiérois pour assommer les Éperviers pour de bon.
L'entraîneur-chef des vainqueurs, Bob Desjardins, estimait après la rencontre que ses troupiers avaient disputé une bonne rencontre, même si ce n'était pas parfait. «Sérieusement, on a joué un bon match. Ça fait deux bonnes performances défensives de suite où on limite l'adversaire, a-t-il rappelé. Toutefois, à 3-1, au lieu de fermer le jeu, on a pris des chances, ce qui a mené à des revirements. On a un peu étiré la sauce. Je n'ai pas aimé la fin de match, mais l'important, c'est la victoire.»
Les Jonquiérois pourraient être couronnés dès ce soir, à Normandin. Bob Desjardins ne veut pas laisser traîner les choses. «Chaque fois que je me retrouve derrière le banc, c'est dans le but de gagner. C'est ce qu'on va essayer de faire demain (vendredi). On va essayer de rester disciplinés et laisser parler notre talent», d'espérer l'entraîneur jonquiérois.
Son vis-à-vis, Daniel Tremblay, ne lance pas la serviette malgré une formation amochée. Il a confié qu'il devait se débrouiller avec seulement trois trios en raison des blessés et deux autres joueurs sont tombés au combat pendant la rencontre.
«On a des absents qui font mal. Aussitôt qu'on a réussi à s'approcher, ils ont aussitôt coupé nos espoirs», a-t-il résumé. Peu importe la suite des choses, je vais être fier de ce qu'on a accompli. On va se présenter vendredi soir et se servir de la foule.»o
Dainsley@lequotidien.com