J'ai confiance au progrès

L'informatique, l'électronique, Internet, Facebook, Twitter, Google, courriels, plate-forme multimédia; tout m'étourdit un peu, mais j'ai drôlement l'impression que c'est le terrain de jeu de l'avenir pour le monde des communications et de l'information.
En moins de deux ans, je constate que mes habitudes de consommation d'information ont considérablement changé. La télévision traditionnelle ne fait presque plus partie de mes habitudes. Oui je regarde encore la boîte à grimaces, mais sans me laisser "encarcanner" dans une grille horaire.
Maintenant je regarde tout en différé et surtout je me suis débarrassé de la publicité télé grâce à la fonction avance rapide avec laquelle on peut sauter les pubs. Ça doit faire deux ou trois ans que je ne regarde plus de publicité télé.
Je collecte énormément d'information sur les sites Facebook et avec les alertes Google qui nous dirigent vers des articles de journaux. Je croyais être un indéfectible du papier, mais je dois avouer que les supports électroniques sont de plus en plus intéressants.
Déjà les livres, les magazines et les journaux se livrent en version électronique et sont très agréables à manipuler ans leur nouvelle version . La Presse" disponible sur iPad et bientôt sur tablettes Android ne cesse de rafler des prix de distinction alors que plus de 400 000 lecteurs la consultent régulièrement.
Ça fait au moins quatre ans que je n'ai pas acheté un CD de musique et je ne me souviens plus la dernière fois où j'ai loué un film dans un club vidéo. J'ai l'impression que d'ici cinq ans je pourrai dire la même chose au sujet des livres, des magazines et des journaux qui seront tous disponibles via Internet.
En plein coeur du festival Regard sur le court métrage à Saguenay je rencontre des cinéastes qui m'informent qu'aujourd'hui un réalisateur peut tourner un film dans la journée avec une caméra appareil photo HD, en faire le montage sur son ordinateur le soir et le mettre en ligne sur YouTube le lendemain. Tout ça n'est qu'un début, nous sommes encore à l'âge de pierre en matière d'électronique m'assurent certaines personnes particulièrement bien branchées.
Les tables de restaurant afficheront les menus et les clients pourront passer leur commande directement, payer à l'aide d'une transaction en ligne sans l'intermédiaire d'une serveuse. Nous aurons accès à toutes les nouvelles qui nous intéressent le matin et des logiciels informatiques se chargeront de faire pour vous des souhaits de bonne fête à vos amis.
Quand nous aurons changé nos thermostats à la maison, on lancera sur le marché des thermostats réglables en ligne par un simple appel téléphonique ou par un simple clic sur le site Internet de votre maison.
Les robots comme aidant naturel existent déjà en projet expérimental, ils devraient entrer dans nos maisons d'ici 20 ans. J'ai l'impression que nous sommes aux portes de la science-fiction et que tous les gadgets qu'on a vus au cinéma vont se retrouver entre nos mains plus rapidement qu'on pense.
Des traducteurs de langue simultanés nous permettront de voyager partout dans le monde et de communiquer facilement avec n'importe qui dans n'importe quelle langue. Vous imaginez un instant la richesse de pouvoir parler facilement avec un étranger sans barrière de langue?
Tout ça m'étourdit et va très rapidement, mais je vois ça d'un bon oeil. Je crois qu'il y aura des percées technologiques dans le domaine médical, des percées technologiques dans les transports et dans les nouveaux matériaux.
C'est drôle j'ai confiance au progrès, même s'il paraît sans limites.
De la classe avec un K
Phrase entendue cette semaine à l'émission Un souper presque parfait présenté à V prononcée par Nicole, une dame d'âge mûr, un peu baveuse, qui n'a pas la langue dans sa poche à l'hôte qui les recevait chez lui: «Cou'donc toé, la classe c'est-tu juste sur ton permis de conduire que t'en as?»