Sébastien Huberdeau a accepté d'être le porte-parole de l'édition 2014 du festival Regard sur le court métrage au Saguenay.

Huberdeause joint à l'édition 2014

Sébastien Huberdeau sera le porte-parole du festival Regard sur le court métrage au Saguenay, dont la prochaine édition aura lieu à la mi-mars. Le comédien a accepté d'assumer un tel rôle sans se faire prier, puisqu'il a déjà fréquenté cet événement et que sa filmographie comprend une trentaine de courts métrages.
J'étais venu au milieu des années 2000 pour présenter l'un d'eux. Pour l'atmosphère, la diversité et la qualité de la programmation, je compare ce festival à celui de l'Abitibi qui est consacré au long métrage. En ce qui touche le court, on n'a rien de comparable à Montréal », a souligné Sébastien Huberdeau, hier, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.
Un autre argument qui a milité en faveur de Regard a été livré par l'amie du comédien, sa consoeur Sophie Cadieux. Elle aussi a été porte-parole et cette expérience lui a laissé un excellent souvenir. « Je suis honoré et heureux que le comité organisateur ait pensé à moi. Je vais voir beaucoup de films, rencontrer le public et les artisans au cours de mon séjour », annonce-t-il.
Un bonheur n'arrivant jamais seul, l'un des trois courts métrages auxquels Sébastien Huberdeau a participé dans les derniers mois fait partie de la sélection officielle. Réalisé par Michel Lam, il a pour titre Une époque extraordinaire et relate une histoire qui, à elle seule, éveille la curiosité.
« Ça parle d'un homme, de sa blonde et de son meilleur ami, qui découvre que mon personnage a couché avec sa copine et le dit en présence de la mienne. Ce film, qui sera projeté pendant la soirée d'ouverture, aborde cette situation en gardant un ton humoristique. On peut en parler comme d'une comédie dramatique », fait observer le comédien.
Malgré sa notoriété, alimentée par sa participation à des séries télévisées comme Nos étés et Tu m'aimes-tu?, Sébastien Huberdeau demeure attaché au court métrage et n'hésite pas à s'associer à des projets de cette nature. « Souvent, les propositions émanent de jeunes réalisateurs avec qui on peut bâtir quelque chose, énonce-t-il. Quand on me soumet une bonne idée, j'embarque. »
En prime, lui qui connaît bien la région pour y avoir joué au théâtre, qui revient tous les étés pour séjourner au chalet de son ami installé à Saint-Henri-de-Taillon, profitera de son passage au festival pour la découvrir sous un angle différent. « Je veux voir à quoi ressemble l'hiver chez vous », confie Sébastien Huberdeau.