Le président régional de la CSN, Engelbert Cottenoir, répète le slogan des intervenants du milieu, «On a le Québec à coeur»

Grève générale illimitée à la Tourbière Fafard

La vingtaine d'employés syndiqués de Tourbière Fafard - Division Sainte-Marguerite à Dolbeau-Mistassini ont déclenché une grève illimitée lundi matin.
La décision a été prise vendredi quand l'employeur a décidé de se retirer de la table des négociations. Les employés avaient voté pour ce moyen de pression dans une proportion de 95 % lors d'une assemblée générale spéciale le 12 juillet dernier.
« Je pense que les patrons ont été surpris de voir les travailleurs en grève ce matin (hier). La stratégie est simple ; la grève va servir à faire bouger les choses et inciter l'employeur à revenir à la table rapidement », a déclaré Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay-Lac-Saint-Jean-CSN. 
Selon le syndicat, l'employeur offrait 1 % d'augmentation salariale pour les trois premières années et 1,25 % à la quatrième année pour le nouveau contrat de travail. Or la demande syndicale se situe plutôt à 3,25 % pour une période de trois (3) ans. « De plus, l'employeur refuse de reconduire une clause, déjà prévue à leur convention collective actuelle, de protection contre la vie chère, ce qui aurait un impact sur leur pouvoir d'achat dans les années à venir. C'est complètement inadmissible et irrespectueux que d'offrir ce genre d'augmentation salariale à des employés saisonniers fidèles qui reviennent chaque année travailler pour eux. De plus, si nous prenons en considération l'augmentation de l'IPC (indice des prix à la consommation), il s'agit ici d'une proposition d'augmentation salariale qui ne leur permettra pratiquement pas d'augmenter leur pouvoir d'achat », a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le syndicat demande un temps de repas de 30 minutes payés, une indemnité de 1 $ lorsque les installations et matériels roulants ne sont pas équipés d'air conditionné, que le temps de transport soit payé et que le kilométrage soit payé entre le garage et les différents sites de travail.
Ce n'est pas la première fois qu'il y a une grève chez Fafard. Un conflit avait éclaté en 1997.