En 2002, Gabrielle Lavallée s'était rendue au centre correctionnel de Dorchester, au Nouveau-Brunswick, pour s'opposer à la demande de libération conditionnelle de Roch Thériault.
En 2002, Gabrielle Lavallée s'était rendue au centre correctionnel de Dorchester, au Nouveau-Brunswick, pour s'opposer à la demande de libération conditionnelle de Roch Thériault.

Gabrielle Lavallée reste muette

Stéphane Bégin
Stéphane Bégin
Le Quotidien
Gabrielle Lavallée, une des victimes de Roch «Moïse» Thériault, voulait vivre son deuil en toute tranquillité hier: pas question de s'adresser aux journalistes pour l'instant.
Malgré quelques tentatives pour entrer en contact avec elle, Mme Lavallée, qui habite Chicoutimi, s'est refusée à tout commentaire. Tout au long de la journée, elle n'a pas voulu répondre à nos appels, a fait dire qu'elle était sortie de chez elle et qu'elle pourrait être disponible éventuellement pour commenter la mort du gourou de la secte.
Une personne proche de l'ancienne membre de la secte de Thériault a indiqué: «Gabrielle veut vivre son deuil. Elle n'est pas prête à faire des commentaires pour l'instant. Peut-être plus tard dans la semaine.»
Hier soir, son conjoint Michel Marcotte disait que Mme Lavallée se reposait et se disait fatiguée, précisant qu'elle avait besoin de solitude.
Gabrielle Lavallée s'est fait amputer une partie du bras droit par Moïse il y a plus de 20 ans.
Roch Thériault a été condamné à la prison à vie pour avoir éventré une de ses disciples, Solange Boilard, qui se plaignait de maux de ventre. Il était emprisonné depuis plusieurs années à la prison Dorchester, au Nouveau-Brunswick. Sa libération était prévue pour 2014, au moment où il aurait purgé 25 années d'emprisonnement.
Gabrielle Lavallée, qui a publié son histoire dans le roman L'Alliance de la brebis, a vécu durant plusieurs années au sein de la secte de Roch Thériault. Elle y aura passé une douzaine d'années et aura même eu un enfant (une fille) avec Moïse.