Roger Filion, ambassadeur du bénévolat pour la Finale des Jeux du Québec à Alma en compagnie d'un des rouages précieux du succès des Jeux, les bénévoles.

Filion impressionné

Ambassadeur du bénévolat pour la Finale des Jeux du Québec à Alma, Roger Filion se dit tout de même impressionné par la réponse de la population pour donner de son temps. Et il est bien placé pour en parler puisqu'il a été membre du conseil d'administration des Jeux du Québec à l'été 1999.
À son avis, il est plus facile de recruter des bénévoles durant la belle saison qu'en hiver. «L'été, les gens sont plus enclins à la fête. De plus, plusieurs compétitions se passent à l'extérieur et il fait beau», explique le grand manitou des événements de vélo dans la région. S'il ne se souvient pas du nombre de bénévoles qui avaient été requis en 1999, il se souvient en avoir eu suffisamment pour répondre à tous les besoins.
Cela dit, le Comité organisateur de la Finale des Jeux du Québec à Alma (COFJQA) a été en mesure de relever parfaitement le défi et il a même dépassé ses objectifs en recrutant quelque 3100 bénévoles pour les Jeux du Québec du 24 février au 4 mars. «Je suis content parce que c'est une belle réussite!»
Comme bien d'autres, Roger Filion était un peu inquiet quand le thermomètre du bénévolat a stagné peu avant les Fêtes, surtout qu'il fait partie des quatre ambassadeurs chargés de stimuler le bénévolat au sein de la population. «Mais après les Fêtes, ç'a déboulé et les inscriptions ont repris.» «On se fixe toujours des objectifs, mais les atteindre, c'est une autre affaire. C'est là que je me rends compte que c'est incroyable comment les gens d'Alma et les environs s'impliquent. Lorsque je vais sur des sites ou dans des 5 à 7, je vois plein de bénévoles qui nous aident et nous guident. Sur place, j'ai vu des bénévoles dévoués, souriants, serviables et accueillants.»
Une gentillesse qui est à la hauteur de la réputation de la Ville de l'hospitalité et un accueil chaleureux qui caractérise la région et pas seulement durant la tenue des Jeux du Québec. «Je crois que c'est dans nos gènes. J'organise la Randonnée Hydro-Québec et il y a 500-600 personnes qui arrivent de l'extérieur. Ces derniers nous parlent beaucoup de l'accueil, pas seulement de la part de notre organisation, mais dans toutes les municipalités.»
Des passionnés
En tant qu'ambassadeur, Roger Filion a pu constater l'intérêt des gens à donner un coup de main pour la tenue des Jeux. «Je pense que les gens étaient contents que je m'implique, estime celui qui prêche par l'exemple en matière d'implication. Certains me demandaient où et comment s'inscrire. Je donnais beaucoup d'information. Je rencontrais des gens à l'épicerie qui me disaient qu'ils iraient s'inscrire. Il y en a même qui m'abordait pour me dire qu'ils s'étaient inscrits, mais qui était inquiet parce qu'ils n'avaient pas encore reçu d'appels.»
Même s'il a organisé de gros événements par le passé, l'Almatois estime que le défi de faire rouler la machine des Jeux est de loin plus imposant. «C'est très gros. Ce n'est pas comparable», affirme celui qui est heureux de voir que «ça baigne dans l'huile».
L'une des clés de ce succès, du moins sur les sites de compétitions, c'est que les organisations peuvent compter sur des bénévoles passionnés. Il cite comme exemple le ski de fond qui a dû composer avec de la pluie juste avant le début des compétitions. «J'étais certain qu'ils ne pourraient pas tenir la compétition et finalement, ils ont été en mesure de se virer de bord rapidement. Malgré tout ce qui arrive, ça se fait dans la bonne humeur. Ce qui nous donne une chance, c'est que chaque sport, que ce soit le curling, le ski de fond, le patinage de vitesse ou autres, a sa propre équipe de bénévoles pour s'en occuper et ce sont des passionnés.»
Le dg de Liberté à vélo estime aussi que l'organisation s'occupe bien de ses bénévoles et ceux-ci le lui rendent bien. «Nos bénévoles travaillent dans des conditions qu'on ne voit pas ailleurs. Ce sont des conditions optimales. Et l'organisation est attentive à leurs besoins et à leurs demandes.»
La magie des Jeux est telle que certains bénévoles décident d'offrir encore plus de leur temps. «Nos bénévoles ont toujours le beau sourire et ils sont contents. Ils nous disent que c'est tellement plaisant et que les jeunes sont tellement fins qu'ils ont décidé d'en faire plus.»