Ève Gravel souhaite percer davantage le marché américain, où elle exporte déjà depuis quelques années.
Ève Gravel souhaite percer davantage le marché américain, où elle exporte déjà depuis quelques années.

Ève Gravel voit grand

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
Armée de sa machine à coudre dans sa petite chambre d'adolescente, Ève Gravel rêvait de se hisser parmi les designers les plus en vue de la scène montréalaise.
Maintenant chose faite, les ambitions de la Chicoutimienne ne s'arrêtent pas là.
« Dans ma vingtaine, je voulais percer le marché canadien. Dans ma trentaine, je vise les États-Unis et dans la quarantaine, ça sera le marché européen », résume la créatrice de 33 ans, qui distribue ses vêtements dans plusieurs dizaines de boutiques au pays.
Et ses plans fonctionnent bien. Ève Gravel exporte chez nos voisins du sud depuis quelques années. Elle s'est associée avec un agent aux États-Unis, ce qui lui a permis de faire son entrée dans le milieu.
« Développer ce marché est mon but pour les prochaines années. Je vais consacrer du temps sur ce projet et ensuite je vais penser à l'Europe », indique la Chicoutimienne.
Sa collection a cependant déjà traversé l'Atlantique pour joindre quelques points de vente. Mais l'accessibilité des vêtements, qui demeure une de ses priorités, lui a fait abandonner le projet.
« J'achète des tissus dans le monde, dont en Europe. Je dois les faire venir ici pour ensuite renvoyer les vêtements en France par exemple. Cette façon de faire m'oblige à monter les prix et je ne veux pas. Je veux que les gens soient capables de s'offrir une tenue Ève Gravel. Mais d'ici quelques années, j'envisage retourner en sol européen. La fabrication des vêtements devra toutefois se faire sur ce continent, dans un atelier », souhaite celle qui fait actuellement produire ses vêtements dans une manufacture montréalaise.
Collections
La coureuse des bois élégante est à l'honneur dans la collection automne-hiver d'Ève Gravel. Tricot de laine, poncho et imprimé plumes, les différents vêtements sont disponibles dans plusieurs magasins ou feront leur entrée sous peu.
Pour ce qui est de la collection printemps-été 2013, qui sera présentée sur écran en marge de la semaine de mode de Montréal, la designer a opté pour la soie et les couleurs pastel, dont le turquoise de la mer.
« Je reviens d'un voyage en Asie et il m'a grandement inspiré pour cette collection. Mais ce n'est pas les styles qui m'ont animé, mais les couleurs et ça paraît dans mes vêtements », termine Ève Gravel, qui revient habituellement passer la période des Fêtes en région.