L'auteur-compositeur-interprète Patrice Michaud était de passage dans la région pour le lancement de son dernier disque, Le feu de chaque jour.

Entre deux enfants et deux albums

«Il fallait que je vienne à Chicoutimi pour que je trouve des tables à langer dans la salle de bain des gars. Quand on sort magasiner avec les enfants, c'est toujours ma blonde qui doit faire ça, parce que les tables pour changer les couches sont seulement dans les salles de bains pour filles. Vous êtes vraiment à l'avant-garde ici», fait remarquer l'auteur-compositeur-interprète Patrice Michaud que Le Quotidien a rencontré, lundi matin, dans l'aire de restauration de Place du Royaume pour la sortie de son deuxième album, Les feux de chaque jour.
Père de deux jeunes enfants, un mois et vingt mois, Patrice Michaud est très sensible à ces détails, lui qui réussit à concilier travail-famille lorsqu'il parcourt les routes du Québec pour présenter sa musique sur scène. La sortie de ce nouvel album s'amorce de belle façon pour le Gaspésien d'origine puisque la pièce Mécaniques générales a été bien reçue par les stations de radio et par le public.
«C'est une belle vie pour une pièce musicale de tourner à la radio. Ça nous permet d'atteindre un nouveau public, de toucher des gens, d'aller à la rencontre de personnes qui ne me connaissent pas», fait valoir Patrice Michaud. Son premier disque a connu un chemin très différent. Aucune de ses compositions n'a joué sur les ondes des grandes radios commerciales.
Quand un artiste a la chance de spinner sur les ondes de la radio, ça permet d'augmenter les ventes d'albums et de vendre des billets supplémentaires pour les spectacles. Depuis son premier album en 2011, Patrice Michaud a présenté plus de 125 concerts et il se prépare une feuille de route aussi remplie pour 2014.
Ce grand gaillard se présentera dans la région au printemps (le 9 mai au Café-Théâtre Côté-Cour et le 10 mai au Vieux-Couvent de Saint-Prime) pour défendre son dernier album et prolonger la vie de certaines pièces du premier opus. «Je ne suis pas du genre à aligner les chansons à la suite l'une de l'autre, lors de mes spectacles, comme une copie du disque. J'aime raconter des histoires, le conte occupe une place importante dans mes spectacles qui sont toujours teintés d'humour», précise le «verbeux-placoteux» qui se laisse guider par la littérature de ses compositions.
«Les gens ne viennent pas voir des robots qui chantent. Ils veulent qu'il se passe quelque chose sur la scène, ils veulent faire une rencontre; c'est ce que je leur propose», assure l'artiste de musique et de papier.