Renée Tremblay souhaite un jour devenir travailleuse sociale ou psychoéducatrice pour aider les autres.

Écrire, ça libère!

Renée Tremblay s'est longtemps sentie différente des autres. À l'école, solitaire et réservée, elle se retirait souvent dans son coin pour lire et écrire. Quand elle a réalisé que l'écriture la libérait de ses blessures, elle s'est dit pourquoi ne pas aider les autres de cette façon?
façon? De sa plume anonyme, tous les mois, elle signe un texte dans le journal La gazette du Curé de son école secondaire Curé-Hébert d'Hébertville. Ses écrits s'imprègnent de son vécu, de ses douleurs et de ses réflexions. «J'ai voulu rester anonyme parce que je ne cherchais pas à me faire connaître, mais plutôt à aider les autres... Et ça m'aide moi-même! Je me dis que si je sauve juste une personne, c'est déjà beaucoup», confie l'élève de quatrième secondaire. Après avoir abordé le sujet de l'intimidation, dans son prochain texte, elle souhaite guider ses lecteurs vers la pensée positive.
Renée n'a pas un parcours comme les autres. «À l'école primaire, je ne me suis jamais sentie à ma place», explique la jeune femme de 16 ans. «J'avais des difficultés d'adaptation et je n'apprenais pas au même rythme que les autres», poursuit-elle. Elle pensait souvent à sa mère et s'ennuyait de son noyau familial. Il faut dire que, malgré son jeune âge, la vie lui avait déjà offert une panoplie d'épreuves! L'intégration étant difficile, les autres enfants en profitaient pour la dénigrer.
Encore cette année, le début de son année scolaire fut difficile. «Je faisais de mauvais choix et j'avais perdu confiance en moi», poursuit Renée. Prenant son courage à deux mains, elle a décidé d'agir et de se prendre en main en s'accrochant aux gens qu'elle aime. Elle a appris que son cheminement pouvait être différent et qu'elle n'était pas obligée de faire comme tout le monde. Malgré tout, un de ses plus grands rêves est de bâtir une famille et se marier avec un homme qui aura toutes les qualités nécessaires pour devenir le père de ses futurs enfants.
Pour faire comme Renée et partager tes écrits dans ces pages, contacte-moi à mviau@lequotidien.com