Bernard Gagné a relevé le défi un peu fou de faire pousser des vignes et fabriquer du vin à Roberval.

Des vins produits au Lac-Saint-Jean

Faire pousser des vignes et fabriquer du vin à Roberval dans un climat nordique? C'est possible.
Bernard Gagné en fait la démonstration en relevant ce défi que peu de spécialistes pensaient possible. «C'est un défi que j'avais en tête dès 1992. J'ai fait mes recherches et puis je me suis décidé en 2004. J'ai loué cette terre pendant deux ans pour finalement l'acheter et réussir plus de 10 ans plus tard à fabriquer et vendre quatre types de vins», explique le passionné.
Ce terrain situé tout près de la côte du cran à Roberval se trouve à trois kilomètres du lac Saint-Jean. Un lieu parfait pour réussir à faire pousser les vignes. «C'est une espèce de microclimat qui permet de profiter des avantages de la présence du lac, mais aussi d'éviter ses désavantages. Il fait chaud l'été, car je suis assez loin et sa présence évite les gels trop forts au printemps. De plus, c'est un secteur où la neige est abondante. Aussi, la terre se draine bien, car elle est sablonneuse», mentionne Bernard Gagné, un retraité de l'usine de pâte de Résolu de Saint-Félicien.
Au cours des dernières années, il a donc planté onze variétés de vignes pour voir celles qui convenaient le mieux au climat de Roberval. Il s'est arrêté sur les cépages suivants : Baltica, Marquette, Vandal Cliche, Somerset et Osceolat-Musca.
Actuellement, son vignoble La Bonté divigne possède 3400 vignes. Ce qui va permettre à terme de produire 2500 bouteilles. «Pour l'instant, c'est l'ampleur idéale pour nous occuper ma conjointe et moi. Plus que ça, il faudra voir. Avant, je veux voir la réponse des gens à nos vins», lance-t-il sagement.
Pour sa cuvée 2016, Bernard dispose d'une production de 700 bouteilles. Pour cette année, ça va dépendre de Dame nature. «On a plus d'une semaine de retard avec l'année dernière à cause de l'été froid. Comme l'automne s'annonce chaud, on devrait avoir atteint le taux de sucre désiré pour les vendanges en octobre», souhaite-t-il.
Parcours ponctué d'embûches
Celui qui est technicien en laboratoire a trouvé très utiles ses connaissances en chimie pour fabriquer son vin. «Mon travail de laboratoire m'a aidé énormément, car faire du vin, c'est de la chimie.  Je peux vous dire que j'en ai craché du vin et jeté des cuvées qui n'étaient pas bonnes. Aujourd'hui, je suis fier de ce que j'ai produit.»  
Bernard Gagné a suivi diverses formations pour en arriver à fabriquer du vin et à bien s'occuper de ses vignes. «Ça n'a pas été facile. Une journée, tu te décourages, et une autre tu es content de ce qui arrive. Il fallait persévérer, car il faut être un entêté pour y arriver. Je suis très content de pouvoir enfin vendre mon vin aux gens.»
Aujourd'hui, Bernard a son permis en poche et dispose de suffisamment de vignes pour répondre aux exigences gouvernementales.
Au cours des années, il a investi plus de 200 000$, sans obtenir de subventions. En plus d'avoir planté toutes les vignes du vignoble, il a aménagé une boutique, une salle de fabrication et un laboratoire.
Des cépages peu connus
«Le meilleur vin, c'est celui qu'on aime. J'espère que les gens vont les apprécier autant que je les aime.»
Bernard Gagné est modeste. Il n'est pas du genre à vanter ses produits. Il veut laisser les gens se faire une idée. «Les personnes qui sont ouvertes d'esprit vont goûter à du vin qui est différent de ceux que nous sommes habitués d'acheter à la SAQ. Ce sont des cépages peu connus qui sont acclimatés à notre rigueur hivernale. C'est par contre ce qui leur donne leur goût distinctif, des saveurs du terroir boréal», souligne-t-il.
Bernard propose un rouge, un rosé, un blanc et un vin fortifié. Chaque vin a été analysé par une équipe de la SAQ pour vérifier sa qualité. De plus, des sommeliers y ont goûté. «Pour deux de mes vins, il y en a qui ont mentionné qu'ils ont eu un coup de coeur. Ça fait chaud au coeur. Ces gens-là ne sont pas là pour te faire plaisir, mais pour bien évaluer tes vins».
Les gens intéressés peuvent donc se procurer une bouteille en se rendant au vignoble qui est situé au 2090 Chemin des deux rivières. Le vignoble La Bonté divigne est ouvert du vendredi au dimanche durant l'automne.