Les frappeurs des Associés ont croisé le marbre 23 fois, hier.

Défaites cinglantes pour les Voyageurs

«Je ne suis même pas capable de dire si ce sont eux qui ont bien joué ou si c'est nous qui n'a vraiment pas été bons.» Après deux défaites cinglantes de 10-6 et 13-3, à domicile contre les Associés de Laval (11-24), l'entraîneur-chef des Voyageurs, Robert Fatal, n'avait aucune difficulté à trouver le "bobo" de son équipe: la performance de ses lanceurs.
«Durant le premier match, on perdait 7 à 1, mais on a réussi à remonter ça à 7-6 en cinquième manche. Mais bon, notre lanceur leur a donné du gaz en sixième, ils ont mis des gars sur les buts, et ça a été réglé. C'est la même histoire qui se répète avec nos lanceurs.»
Fatal a même qualifié son équipe de "bipolaire". «On a complètement échappé la journée alors que l'on jouait contre une équipe dont les joueurs ne frappent pas, en moyenne cumulative, pour 200! Notre attaque nous donne beaucoup de points, mais la loi de la moyenne finit par te rattraper quand tu accordes 10 et 13 points à l'autre équipe.
«On a gagné des gros matchs contre de bonnes équipes. Ensuite, contre des équipes de fond de classement, on subit des défaites comme celle-là. On donne des buts sur balles à profusion. C'est beaucoup une question de mental parce que nos gars suivent leur entraînement à la lettre. Sauf que là, on a 35 matchs de joués, il faut que ça paraisse. Dès le départ de chacun des matchs, ça a été pénible. C'est dur de motiver tes frappeurs quand tu perds par des gros pointages dès le début.»
C'est l'artilleur Derek Côté qui a hérité de la défaite dans le premier match, lançant 3,1 manches. Thomas Baril et Alexandre Cruz-Diaz lui sont venus en relève. Yan Éric Tremblay a débuté la deuxième partie, ne lançant que 1,1 manche.
Les Voyageurs recevront les Castors CDE de Charlesbourg jeudi, au stade Richard-Desmeules.
Kbelley-Murray@lequotidien.com