Nathalie Lavoie a produit plusieurs dessins en Alsace, à l'aide de glaçons formés d'encre et d'eau. Ils ont fait l'objet d'une exposition qui a pris fin le 22 juin.

De glaces en Alsace

Nathalie Lavoie revient d'une résidence de deux mois en Alsace. L'artiste de La Baie a participé à différentes activités, dont la Fête de l'Eau, tenue dans le village de Wattwiller. Elle a préparé une exposition dans laquelle ont été intégrées des images de la fonte des glaces captées ce printemps, à Bagotville.
Trois écrans ont montré les films en boucle, ainsi que des photographies. Des blocs de glace plus ou moins imposants, parfois même translucides, ont illustré un phénomène qui n'a guère d'équivalent chez ses hôtes. Ce fut le point de départ d'une démarche couronnée par la création de dessins à l'aide de glaçons formés d'eau et d'un peu d'encre.
«C'est le volet du projet que j'ai exécuté en Alsace. Je laissais les glaçons se liquéfier sur la feuille en retirant l'excédent d'eau. On voit qu'à la fin, ils laissent une trace plus prononcée à cause de l'encre», a relaté Nathalie Lavoie il y a quelques jours, lors d'une entrevue accordée au journal.
Une quinzaine de dessins ont été accrochés au début de juin. Le vernissage a attiré près de 250 personnes, dont plusieurs ont posé des questions sur la fonte des glaces. Il est vrai que là-bas, l'hiver a perdu de son mordant. Le réchauffement climatique l'a rendu quasiment virtuel. «Ils n'ont pas de plans d'eau comme le Saguenay, non plus. Ça aussi, ça les étonne», fait observer l'artiste.
Nouveaux repères
Nathalie Lavoie a retrouvé des éléments qui caractérisent sa démarche, à la faveur de ce projet. Elle qui privilégie la création sur le mode répétitif, qu'on a vu remplir des dizaines de feuilles de papier en alignant des rangées de points, par exemple, lors d'une performance réalisée au centre-ville de Chicoutimi, a déployé la même patience en regardant fondre ses glaçons maculés d'encre.
«C'est l'idée d'être attentive», précise l'artiste, qui a aussi vu dans cette pratique une manière différente de respecter son parti-pris pour le noir et blanc. Cette expérience lui a montré qu'en dépit du sentiment de vulnérabilité qui s'est manifesté au début de la résidence, elle a su établir de nouveaux repères.
Fruit d'une collaboration entre le centre d'artistes Langage Plus, ainsi que l'Agence culturelle/Frac Alsace, son séjour a pris fin le 11 juin, tandis que l'exposition s'est prolongée jusqu'au 22. Une publication suivra en 2015, mais d'ici là, Nathalie Lavoie reprendra le fil d'un projet qu'elle a dû mettre entre parenthèses pendant quelques mois.
«Il a pour titre Dessins au carré et consiste en une série de 24 dessins comportant des points et des quadrillés, décrit-elle. Je souhaite les compléter à l'automne, ce qui mènera à une exposition qui devrait être présentée dans la région, mais dont le lieu reste à déterminer.»
Dcote@lequotidien.com