David Litvak tient des propos décousus de sens. Ça amène le tribunal a demandé une évaluation pour savoir s'il est apte à subir son procès.

David Litvak reste en détention

David Litvak, accusé d'agression sur un prêtre, restera détenu jusqu'à son procès. L'homme n'offrait pas assez de garanties et représentait un doute pour la sécurité de la population, a conclu le juge Pierre Simard.
Malgré l'absence d'antécédent judiciaire, David Litvak devra rester derrière les barreaux durant les procédures judiciaires. Devant l'étrangeté du geste et la particularité des accusations, le juge Simard a rejeté la demande de la défense de le remettre en liberté.
Responsabilité criminelle
Alors que les envolées verbales de l'accusé avaient monopolisé le tribunal durant plusieurs heures, la semaine dernière, Litvak a gardé le silence complet, hier, lors des explications du juge. «Mon client est quelque peu déçu, puisque ça complique la tâche pour sa défense», a affirmé Me Sylvain Morrissette, qui représente David Litvak.
Le débat sur la responsabilité criminelle risque d'être au coeur de ce procès et plusieurs experts pourraient être appelés à évaluer l'accusé. Bien qu'il avait admis être responsable criminellement, rejetant du même coup un rapport d'évaluation réalisé par un professionnel de la santé, Lidvak s'est montré ouvert à rencontrer un second psychiatre.
Accusations
Le 28 juin dernier, Litvak avait tiré sur l'étole du prêtre de la cathédrale de Chicoutimi, ennuyé par son discours. Il avait également tenu des propos incohérents. Il fait face à des accusations d'avoir, par la menace ou la violence, gêné illicitement ou tenté de gêner un membre du clergé dans la célébration du service divin. Il est aussi accusé d'avoir troublé ou interrompu une assemblée de personnes réunies pour des offices religieux, de s'être livré à des voies de fait sur le curé de la paroisse et d'avoir entravé le travail des policiers lors de son arrestation.