Claude Lessard, propriétaire d'un dépanneur Maestro, Carol Néron, candidat du PLQ, et Michel Gadbois, vice-président principal de l'ACDA, réclament la création d'une commission mixte canado-américaine.

Contrebande : vers une commission mixte

Les 5000 dépanneurs de la province poursuivent la lutte contre la contrebande du tabac en sollicitant les appuis en faveur de la création d'une commission mixte canado-américaine mandatée pour contrôler ce commerce illégal entre les deux pays.
En pleine campagne électorale, le vice-président principal de l'Association québécoise des dépanneurs en alimentation (AQDA), Michel Gadbois, était de passage au dépanneur Maestro Alimentation CBCL, sur la rue Malraux, dans le cadre d'une 18e tournée à travers 20 villes du Québec. Il était accompagné pour l'occasion du propriétaire, Claude Lessard, et des candidats Carol Néron, du Parti libéral, et Stéphane Bédard, du Parti Québecois, tandis que la candidate caquiste, Alix Boivin, a accordé son appui elle aussi à la cause défendue, sans assurer une présence.
Selon M. Gadbois, d'importants progrès ont été réalisés au Québec en matière de lutte à la contrebande, mais le problème demeure entier. C'est pourquoi les candidats dans Chicoutimi ont été sollicités pour prendre position.
L'AQDA considère que la contrebande occupe encore 30% du marché de la vente de cigarettes, ce qui engendre des pertes fiscales annuelles de 225 M$ pour le Québec en plus d'encourager le crime organisé qui finance le trafic d'armes jusqu'à des niveaux internationaux. M. Gadbois a mentionné qu'il ne faut pas attribuer aux Premières nations le problème de la contrebande puisque le crime organisé se sert des territoires autochtones pour opérer une dizaine de manufactures agissant illégalement.
À la suite de la tenue, à l'automne 2011, d'audiences tenues par la Commission des Finances portant sur la contrebande du tabac, auxquelles ont participé une quinzaine de groupes, des recommandations ont été soumises qui impliquent la collaboration du fédéral, de l'Ontario, des États-Unis ainsi que des Premières nations. Interrogé sur l'état d'avancement de l'application de cette recommandation, M. Gadbois soutient que les Américains de l'état de New York sont sensibilisés au problème au fur et à mesure que des incidents impliquant des armes à feu se déroulent.
Le candidat Carol Néron a mentionné que la contrebande de cigarettes va au-delà de la perception des taxes et impôts puisqu'elle concerne la conservation des emplois dans les dépanneurs et la survie même de ceux-ci. «Dès mon élection le 5 septembre, je vais m'empresser de poursuivre le travail dans ce dossier.»
Quant au candidat Stéphane Bédard, il a déclaré que la contrebande de cigarettes constitue un fléau dont sont victimes tous les dépanneurs de la province et les gens vivant dans les régions périphériques. Il a ajouté que l'étude du problème de la contrebande à la Commission des Finances a eu lieu à sa propre demande.
M. Gadbois a rappelé que chaque dépanneur encaisse des pertes annuelles de 10 000$ à 20 000$ avec la contrebande de cigarettes, sans compter la disparition de 400 à 500 établissements.