Rio Tinto procédera à l'embauche d'au moins 20 travailleurs à des postes d'employés aux opérations et d'entretien mécanique et électrique au Complexe Jonquière.

Complexe Jonquière: Rio Tinto embauche

Rio Tinto procédera à l'embauche d'au moins 20 travailleurs à des postes d'employés aux opérations et d'entretien mécanique et électrique au Complexe Jonquière.
La porte-parole de Rio Tinto, Xuân-Lan Vu, a indiqué jeudi au Quotidien qu'une vingtaine d'embauches auraient lieu prochainement, tandis que le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, a indiqué qu'il était question d'une trentaine d'emplois.
« Ces embauches visent à combler des besoins opérationnels et des retraites éventuelles », a mentionné Xuân-Lan Vu. Le processus d'affichage des postes doit débuter incessamment sur différentes platesformes Internet et les offres d'emploi seront publiées dans les prochains jours dans les journaux.
Les postes doivent être comblés rapidement. « C'est le plus tôt possible », a pour sa part souligné le président du SNEAA, Alain Gagnon. « On se prépare pour le futur [...] Les retraites doivent être signées trois mois d'avance, et il faut maintenir l'expertise, ça prend du nouveau monde. Si les gens ne signent pas, ce sera des emplois de plus », a-t-il ajouté, en expliquant que Rio Tinto profiterait de l'occasion pour se constituer une banque de candidatures.
Le Complexe Jonquière compte quelque 1300 employés. Au total, 208 employés auraient la possibilité de prendre leur retraite en 2017.
Grande-Baie
Questionné à savoir si le syndicat s'attendait à ce que plusieurs employés de l'Usine Grande-Baie déposent leur candidature en vue d'occuper un poste au Complexe Jonquière, le président du syndicat a indiqué « qu'ils seront bien accueillis ».
« Mais on ne sait pas encore exactement ce qui va se passer là-bas. Il y a eu des annonces, mais il n'y a pas eu de suite depuis avec l'employeur », a-t-il tenu à préciser.
À la fin du mois de janvier, Rio Tinto a annoncé des compressions de 12,6 M $ à l'Usine Grande-Baie, ce qui pourrait se traduire par la coupe de 103 emplois, par attrition ou par l'octroi de postes en sous-traitance.
Alain Gagnon souligne par ailleurs que les démarches de syndicalisation à Grande-Baie vont bon train du côté d'Unifor. Plusieurs cartes de membre ont déjà été signées et les représentants syndicaux continuent de rencontrer les personnes qui ont des questions ou qui souhaitent discuter. Les demandes en ce sens continuent d'être nombreuses depuis les derniers jours.