Claude Robinson pose en compagnie de Moïse Marcoux, celui qui a réalisé le film «Lespouère», court métrage gagnant dans la catégorie Tourner à tout prix.

Claude Robinson a le goût de créer

Le festival Regard sur le court métrage a redonné espoir à Claude Robinson et a fait renaître en lui le goût de la création. «Dix-huit ans en cour pour arriver au court; cette semaine m'a rempli de bonheur. Ça me donne de ''Lespouère'' (Lespouère est le titre du court métrage gagnant dans la catégorie Tourner à tout prix). Le festival de Saguenay m'a réconcilié avec le monde de la création, ça vaut la peine de revenir dans le milieu», a confié Claude Robinson qui faisait partie du jury de la 18e édition du festival Regard sur le court métrage à Saguenay, qui s'est terminée hier avec la remise des prix.
Le dessinateur et concepteur graphiste bien connu pour la saga juridique l'opposant à Cinar a baigné toute la semaine dans les événements du festival en plus d'avoir visionné les courts métrages en compétition. «Il y a un dynamisme extraordinaire ici. Il y a de brillants cerveaux derrière les films que j'ai vus, ça m'a donné des idées. Ça valait la peine de venir ici, j'ai rencontré des gens extraordinairement charmants», avoue avec émotion celui qu'on a constamment vu en conversation avec des gens tout au long du festival.
Claude Robinson s'est dit également très heureux de voir la présidente de la SODEQ, Monique Simard, participer à l'événement. «La présence de cet organisme à Regard est un signe de respect envers les créateurs. Ça fait du bien de constater que la société s'ouvre à la création au lieu de se concentrer seulement sur l'affairisme», a-t-il déclaré en entrevue après la remise des prix.
Rblackburn@lequotidien.com