Cayouche a fait résonner des notes country à Jonquière, hier, devant plusieurs milliers de personnes.

«Cayouche, Cayouche, Cayouche!»

Le personnage est aussi coloré que sa musique, son humour... et son accent! L'Acadien Cayouche a fait taper du pied un public fort nombreux, amoureux de country ou non, hier, dans le cadre des festivités de Jonquière en musique.
Cette foule de plusieurs milliers de personnes n'avait qu'à fermer les yeux pour se transporter à Saint-Tite, ville québécoise par excellence du country, ou encore à la cabane à sucre. D'ailleurs, elle était si nombreuse que Cayouche semblait la vedette musicale de l'heure. Elle a même accueilli l'artiste en scandant son nom.
Certains cowboys figuraient parmi elle, mais la plupart des spectateurs étaient plutôt de discrets amoureux de country ou encore de simples curieux venus profiter d'un spectacle gratuit sous un ciel dégagé.
Cayouche, compositeur et interprète acadien, de son vrai nom Réginald-Charles Gagnon, y est allé de chansons parfois rythmées, parfois plus lentes et sentimentales. Les notes plus festives avaient comme pouvoir de faire taper du pied le public de façon instinctive.
Et si ces paroles et ces rythmes en ont charmé certains, son humour a été fortement apprécié. Le coloré chanteur country s'est permis quelques blagues sur ses histoires d'amour, une demande en mariage ratée ou encore le Viagra. Il s'est même mis de la bière dans la barbe, comme s'il s'agissait d'une eau de Cologne.
Cayouche était accompagné de ses deux musiciens, au violon et au violoncelle, mais surtout de sa guitare, de sa longue barbe... et de sa bière. À ce sujet, il a fait plusieurs «tchin tchin» avec le public.
La première partie a été assurée par la jeune artiste country Cindy Bédard, native de Saint-Tite. Un hommage à Micheline Gagnon, impliquée pendant sept années dans l'organisation de Jonquière en musique (JEM) et emportée par la maladie en avril, a aussi été réalisé par les responsables. «C'était une personne incroyable pour le festival. Elle avait une joie de vivre extraordinaire», a souligné Yvan Pageau, président. L'hommage lui a été rendu de trois façons originales: la présence de Cayouche, «son artiste qu'elle rêvait de voir à JEM», un kiosque de la maison de soins palliatifs Notre-Dame et un montage vidéo sur sa chanson préférée, Ring of Fire.
JEM se poursuit mercredi avec le groupe Les Trois Accords et Darkbell en première partie, sans oublier le midi-spectacle du mardi.
Julien.renaud@lequotidien.com