David Boily et Marianne Girard ont remporté l'argent dans leur catégorie respective. Ils posent en compagnie de leur entraîneur, Martin Girard.

Brillantes performances

Le taekwondo a enrichi de deux médailles d'argent la récolte du Saguenay-Lac-Saint-Jean grâce aux efforts des Saguenéens David Boily et Marianne Girard.
Marianne Girard (en rouge) s'est inclinée par un tout petit point contre la représentante de Lanaudière.
La région cumule maintenant 13 médailles à l'issue des trois premières journées du premier bloc de la Finale des Jeux du Québec présentée à Alma.
L'entraîneur Martin Girard était très fier de ses deux protégés qui ont eu une longue journée ponctuée de combats âprement disputés.
Évoluant chez les -42 kilos, le Jonquiérois David Boily a subi sa première défaite en demi-finale. Toutefois, il a pu passer par le repêchage où il a remporté ses deux combats avant de se retrouver en grande finale contre celui qui lui avait infligé sa première défaite. Pour espérer lui ravir l'or, il fallait que le Jonquiérois batte son opposant par deux fois. Malheureusement, c'est ce dernier qui a eu le meilleur. David Boily a tout de même savouré la médaille d'argent à ses premiers Jeux du Québec. « Je visais la médaille d'or, mais je suis quand même fier de ce que j'ai fait », a commenté l'athlète de 13 ans.
« David est jeune et son adversaire était physiquement plus mature. D'après ce qu'on m'a dit, il a intimidé tous ses adversaires par sa force de frappe », a pour sa part indiqué Martin Girard.
Si près de l'or
L'autre médaillée du jour, Marianne Girard, a dû puiser au fond de ses ressources pour poursuivre sa route jusqu'en finale. Ayant perdu la veille, la Chicoutimienne ne pouvait plus se permettre de défaite. Elle a donc remporté ses deux premiers duels au programme pour finalement s'incliner par un tout petit point contre la représentante de Lanaudière à l'issue d'un combat épique.
L'athlète de 13 ans a tout de même amélioré sa performance à ces deuxièmes Jeux, elle qui avait gagné le bronze à Drummondville (2015).
« Si le coup de pied arrière avait marqué, elle aurait gagné, estime son entraîneur Martin Girard. Malheureusement, le senseur situé dans le creux du pied a mal rentré. Mais déjà, elle avait fait un bon travail, car l'impact avait créé une crainte dans la tête de son adversaire, mais si ça avait marqué, la crainte aurait été encore plus grande.
« C'est clair que j'espérais l'or pour Marianne parce que c'était un but très réalisable. Il y a des médailles d'argent qu'on aime gagner. L'important, c'est de donner tout ce qu'on a et ce fut le cas de Marianne qui a en plus bien suivi le plan de match et les consignes. Entre chacun de ses combats, elle a appris et elle a progressé. C'est un plus pour elle », a-t-il commenté.
Mentionnons que la jeune combattante s'est distinguée par la force de frappe de ses coups de poing, ce qui est très rare chez une fille. Et à voir la réaction de ses adversaires, ça ne faisait vraiment pas de bien ! Elle sera donc une athlète à surveiller.