Paul Pomerleau, Yves Girard, Manon Perron, Jean Lavoie et Lucien Boivin ont annoncé un investissement de 3,3M$ pour moderniser et doubler la superficie de l'usine de la Boucherie Charcuterie Perron de Saint-Prime.

Boucherie Charcuterie Perron: 3,3 M$ pour agrandir l'usine

La Boucherie Charcuterie Perron de Saint-Prime investit 3,3 millions $ pour moderniser et doubler la superficie de son usine. Depuis six ans, l'entreprise connaît une croissance annuelle de ses ventes de 20%.
«Nous devions réaliser cet investissement afin de répondre à la demande. Avec de nouveaux équipements modernes, nous allons pouvoir accroître notre production. Aussi, nous voulions améliorer la qualité de vie de nos employés pour qu'ils puissent travailler dans des locaux plus vastes», a mentionné la directrice générale, Manon Perron.
Une nouvelle bâtisse de 4500 pieds carrés sera construite à côté de l'actuelle. Les travaux vont commencer dans quelques jours et devraient se terminer au printemps. La capacité de production annuelle devrait être atteinte à l'automne.
Avec cet investissement, Boucherie Charcuterie Perron veut doubler sa production pour transformer 600 000 kilos de porc en jambon, saucisses, cretons et autres produits. «En 2009, 80% de notre production était vendu dans la région et 20% à l'extérieur. Aujourd'hui, c'est 60% de notre production qui est vendue à l'extérieur de la région. Nous écoutons les besoins des consommateurs et ça nous a rapporté. Notre produit le plus populaire est notre jambon blanc qui a un très haut taux de protéines tout en étant faible en gras et sel. Nos saucisses européennes se vendent aussi très bien et notre boudin fait une percée auprès de nombreux chefs québécois», a indiqué Manon Perron.
Implication de Nutrinor
Nutrinor, qui est actionnaire dans cette entreprise familiale fondée en 1927, a souligné l'importance de cette filiale pour la coopérative. «Il s'agit de la première annonce que nous faisons depuis que nous avons dévoilé notre plan stratégique 2017-2020 qui consiste à réaliser des investissements de 65 millions $. Nous souhaitons nous démarquer dans la transformation des viandes», a précisé le président Jean Lavoie.
Paul Pormerleau, premier directeur agroalimentaire chez Nutrinor, a souligné que le projet inclut un volet d'investissement avec la fromagerie Perron située en face, qui a été achetée récemment par la coopérative. «Il s'agit d'un projet de valorisation de l'énergie. En effet, des tuyaux partiront de la fromagerie pour se rendre à la charcuterie. La fromagerie va vendre de l'énergie à la charcuterie. Ça va optimiser la consommation et réduire l'émission de gaz à effet de serre.»
Six nouveaux emplois devraient être créés, s'ajoutant aux 25 actuels. L'entreprise a un chiffre d'affaires de cinq millions $.