Jean-Pierre Blackburn, candidat indépendant à la mairie s'est dit choqué de constater les frais d'avocats payés par les contribuables pour permettre à Promotion Saguenay d'éviter de dévoiler les contrats d'embauche de son directeur général Ghislain Harvey.

Blackburn veut deux centrales hydroélectriques

Le candidat à la mairie de Saguenay, Jean-Pierre Blackburn, propose la construction de deux centrales hydroélectriques sur les rivières Chicoutimi et Shipshaw. Le but est de générer des revenus nets de l'ordre de 2,5 à 3 M $ par année pour soulager les contribuables et financer le développement économique.
Jean-Pierre Blackburn a insisté sur le fait qu'il était possible de réaliser ces deux projets totalisant 14,4 mégawatts sans créer de réservoir ou monter le niveau des cours d'eau puisqu'il s'agit de centrales au fil de l'eau. La Ville devra investir 46,6 M $ pour la réalisation des ouvrages comprenant les groupes turbine-alternateur et les lignes de raccordement au réseau Hydro-Jonquière.
« L'aménagement hydroélectrique, sous l'angle du développement durable, est une opportunité qui nous appartient, une opportunité qui est enviée par toutes les municipalités du Québec. Mettons l'accent sur ce privilège qui rapportera des millions en revenus nets, ce qui correspond à des taxes de moins à payer pour les contribuables », a déclaré le candidat indépendant.
La proposition de l'ex-ministre arrive à un moment où le gouvernement du Québec nage dans les surplus énergétiques et semble vouloir emboîter le pas sur les pays européens qui permettent maintenant à des citoyens de vendre de l'énergie au réseau d'État à partir de systèmes de production domestique alimentés à l'énergie solaire. « Il ne faut pas se fermer la porte », a rétorqué Jean-Pierre Blackburn qui tentera d'obtenir de Québec l'achat de l'électricité produite dans les deux centrales.
Même si l'énergie est produite à Saguenay et intégrée directement dans le réseau de distribution d'Hydro-Jonquière, la Ville devra conclure une entente de vente avec Hydro-Québec à un tarif fixé par contrat.
Les projets sont situés au pied du barrage du Portage des roches de Laterrière et à la chute Guimond sur la rivière Shipshaw. L'étude réalisée en 2006 par Cegertec faisait état d'un potentiel de six mégawatts sur la rivière Chicoutimi et 8,4 mégawatts sur la rivière Shipshaw.
Jean-Pierre Blackburn a expliqué que les chiffres qu'il utilise sont tirés de cette étude avec une actualisation financière. Il confirme que la Ville devra tout de même réaliser deux nouvelles études au coût de 100 000 $ chacune pour la mise à jour des éléments techniques et économiques. Il compte financer les deux études avec les fonds disponibles à Promotion Saguenay.
L'aménagement de ces deux centrales, toujours selon Jean-Pierre Blackburn, créerait 185 emplois directs et indirects pendant la période de construction, qui s'échelonnerait sur deux ans. Les coûts estimés pour la construction des deux centrales sont de 46,6 M $, soit 19,8 M $ pour celle de Laterrière et 26,8 M $ pour celle de Shipshaw, selon les éléments techniques contenus dans le communiqué.
Jean-Pierre Blackburn a profité d'un bref entretien avec Le Quotidien pour réagir aux critiques du Parti des citoyens du maire Jean Tremblay concernant son travail comme ministre. Ce dernier rappelle que Stephen Harper n'aurait jamais toléré qu'un ministre engage des dépenses inconsidérées dans le cadre de ses fonctions et affirme avoir toujours respecté les règles gouvernementales en la matière.
Plus de transparence à Promotion Saguenay
Le directeur général de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey, perdra son privilège d'accorder sur une base discrétionnaire des subventions, sans quoi il sera invité à quitter son poste, promet le candidat Jean-Pierre Blackburn.
En point de presse vendredi, le candidat indépendant à la mairie s'est dit choqué de constater les frais d'avocats payés par les contribuables pour permettre à Promotion Saguenay d'éviter de dévoiler les contrats d'embauche de son directeur général Ghislain Harvey. Ce sont, selon le principal intéressé, des dépenses qui vont cesser le 5 novembre prochain si les citoyens le portent au pouvoir.
« Mme Néron fait une bataille d'individus. Dans mon cas, ce n'est pas une question d'individus. Je parle de l'organisme et il y aura une importante réorganisation à Promotion Saguenay. Dès le 6 novembre, les contrats des principaux dirigeants de Promotion Saguenay seront rendus publics », soutient le candidat.
Le premier geste important que s'engage à poser Jean-Pierre Blackburn sera de modifier les règles de fonctionnement de l'organisme. Le conseil municipal va reprendre le contrôle sur tout le volet des subventions aux organismes. Les élus devront analyser les demandes d'aide et prendre les décisions.
Jean-Pierre Blackburn entend de plus limiter les pouvoirs du patron de Promotion Saguenay. Ce dernier n'aura plus le droit d'utiliser son pouvoir discrétionnaire pour accorder des subventions. Le montant qui circule est un plafond de 10 000 $, chiffre qui n'a jamais été confirmé. De plus, Promotion Saguenay devra comparaître au conseil municipal pour présenter ses états financiers.
« Si M. Harvey accepte de diriger Promotion Saguenay selon les nouvelles règles que nous allons établir, il pourra conserver ses fonctions. Si jamais il n'est pas à l'aise, il aura le loisir de quitter. »
La présente campagne électorale est en train de tourner en procès pour l'organisme Promotion Saguenay et son président et directeur général. Tous les candidats à la mairie ont des récriminations à faire sur le fonctionnement de l'organisme et le manque de transparence qui atteint un sommet alors que l'organisme tente d'éviter de remettre à la Commission d'accès à l'information les contrats d'embauche de Ghislain Harvey.
Le candidat Arthur Gobeil n'a pas encore fait connaître ses intentions définitives par rapport à Promotion Saguenay et son patron. Il a cependant laissé entendre lors de l'annonce de sa candidature qu'il y avait matière à revoir ses façons de faire.